Un tiers des personnes en prison sont des prévenus (Justice & Sécurité)

5 januari 2022 AJ 0

L’année 1990 fut marquée par une importante réforme du droit de la détention préventive, dont l’objectif était d’en réduire l’usage et, notamment, d’éviter qu’elle ne constitue une sorte d’avance sur une peine ultérieure éventuellement prononcée par le juge de l’affaire. C’est dans ce contexte que fut introduite la liberté sous conditions, comme alternative à la délivrance d’un mandat d’arrêt. Malgré cela, alors que les alternatives à la détention préventive se sont développées, le nombre de mandats d’arrêts délivrés par les juges d’instruction n’a pas baissé.

Témoignage | « J’ai franchi la porte de la guérison » : le récit de Margaret sur sa lutte contre la toxicomanie après la prison

15 december 2021 AJ 0

L’OMS et les Nations unies soulignent la nécessité de trouver davantage d’alternatives à l’incarcération pour les personnes qui commettent des crimes en raison de leur toxicomanie. Ces mesures peuvent réduire la population carcérale, renforcer la gestion des prisons et améliorer les conditions de détention tout en favorisant la réhabilitation et la réinsertion sociale des délinquants.

Le témoignage et la vidéo (en anglais) fait partie d’une série qui offre une plate-forme aux individus pour partager leurs réflexions sur la santé, la justice sociale et les droits humains pour les personnes vivant ou ayant vécu en détention.

Nouvelle grève dans les prisons: les travailleurs externes réclament un accès garanti aux détenus

2 december 2021 AJ 0

Alors qu’une nouvelle grève des agents pénitentiaires a été annoncée, la Fédération bruxelloise des institutions pour détenus et ex-détenus (FIDEX), dont plusieurs institutions de la FEDITO BXL asbl sont membres, alerte sur les conséquences de ce mouvement sur les travailleur·euse·s de première ligne qui ne peuvent, une fois de plus, pas exercer leurs missions, pourtant indispensables, auprès du public détenu.

Les peines alternatives à la prison (Eurotox)

1 juli 2020 AJ 0

Les prisons sont remplies pour moitié de personnes condamnées pour des faits liés aux drogues. Or ce type de punition est loin de remplir ses objectifs en termes de récidive et de dissuasion. Au contraire, l’incarcération a des effets délétères sur la santé des personnes détenues et participe à la précarisation et marginalisation de populations déjà socialement défavorisées et des personnes racisées. Des alternatives existent afin de rendre le système judiciaire et coercitif plus humain et respectueux des droits de chacun·e, voire de changer de paradigme, et d’ainsi améliorer la santé publique et tendre vers une société plus juste et équitable.

Il était une fois la prison de Saint-Gilles…

19 september 2019 AJ 0

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Carte blanche | Depuis mi-juin 2019, à la suite d’un accord passé entre la direction des prisons de Bruxelles et les syndicats des agents pénitentiaires, les services externes ont très peu accès aux détenus de la prison de Saint-Gilles. Depuis ce moment, les professionnels de la santé et du social se voient refuser l’entrée pour cause de manque de personnel. Pourtant, le travail de ces acteurs est indispensable à la réinsertion des détenus.