Persbericht

15 ans nécessaires pour aboutir au plan alcool : les jeunes au cœur de la lutte contre la consommation abusive (RTBF)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Il aura fallu quinze ans pour que les ministres fédéraux et régionaux se mettent d’accord sur un plan pour lutter ensemble contre la consommation nocive de l’alcool en Belgique. Le plan alcool interfédéral a été approuvé ce mercredi matin (29/03/2023) par les différents ministres concernés par cette matière.

Le plan vise à sensibiliser aux dangers de la consommation excessive d’alcool, à mieux détecter les excès, à mieux diriger les personnes ayant une consommation problématique vers les soins ad hoc, à renforcer la prévention et, in fine, à réduire les accidents de la route liés à l’alcool.

Il prévoit les actions à mener de 2023 à 2025. Au total, 75 mesures sont décidées. Une bonne partie d’entre elles ciblent les jeunes.

Lire l’article : 15 ans nécessaires pour aboutir au plan alcool : les jeunes au cœur de la lutte contre la consommation abusive (RTBF, 29/03/2023)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Antidépresseurs : peut-on arrêter un traitement psy de longue durée ? (RTBF)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

En Belgique, la consommation d’antidépresseurs et d’anxiolytiques explose. Une Belge sur dix prend des psychotropes pour se soigner. Un traitement qui nécessite un suivi médical pendant la prise, mais aussi, durant son arrêt. Pourquoi ? Plus d’explications dans cet article avec le Dr Caroline, psychiatre référente de l’émission “La Grande Forme” (Vivacité/RTBF).

Lire l’article : Antidépresseurs : peut-on arrêter un traitement psy de longue durée ? (RTBF, 10/03/2023)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Premiers sur l’info: le combat contre la drogue en Belgique est-il perdu d’avance ? (LN24)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Bruno Valkeneers, chargé de communication à Transit asbl et Vincent de Wolf, bourgmestre d’Etterbeek étaient invités de l’émission Premiers sur l’info (LN24) pour débattre de la question «Le combat contre la drogue en Belgique est-il perdu d’avance?», mercredi 22 mars 2023.

Revoir l’émission (débat à partir de 42:40) : Premiers sur l’info: le combat contre la drogue en Belgique est-il perdu d’avance ? (LN24, 22/03/2023)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Salles de consommation à moindre risque : les soignants ne pourront plus être poursuivis (RTBF)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Les soignants qui travaillent avec des toxicomanes dans des salles de consommation de drogues ne pourront plus être poursuivis. La Chambre a approuvé jeudi en séance plénière un projet de loi en ce sens porté par le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke.

La Belgique compte actuellement deux “salles de consommation de drogues à moindre risque“: depuis 2018 à Liège et depuis l’an dernier à Bruxelles. Ces espaces réduisent les risques pour les consommateurs qui partagent moins de seringues et qui sont moins exposés aux overdoses. Ils permettent également de réduire les nuisances dans l’espace public. Des équipes multidisciplinaires de prestataires de soins, dont des infirmières et des travailleurs sociaux, sont présentes dans ces salles.

(…)

Lire l’article / source : Salles de consommation à moindre risque : les soignants ne pourront plus être poursuivis (RTBF, 16/03/2023)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Trip sous psychédéliques : la promesse thérapeutique (Alter Échos)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Logo Alter EchosLSD, MDMA, champignons hallucinogènes: les substances psychédéliques vivent une renaissance et font l’objet de nouvelles recherches. Elles provoquent des hallucinations et des trips introspectifs dont on est en train de mesurer les effets thérapeutiques pour certains troubles psychiatriques. Rencontres avec trois experts qui plaident pour leur dépénalisation en Belgique.

Lire l’article : Trip sous psychédéliques : la promesse thérapeutique (Alter Échos n°509, mars 2023)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

L’Australie atteint les objectifs d’élimination de l’hépatite C (VHC) chez les personnes qui s’injectent des drogues (Addict’aide)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

La stratégie mondiale d’élimination du virus de l’hépatite C (VHC), élaborée en 2016, prévoyait une réduction de l’incidence du virus d’une hauteur de 80 % d’ici 2030, et 30 % d’ici 2020. Dans cette étude australienne parue dans Addiction, les auteurs ont voulu estimer l’infection primaire par le VHC au sein d’un échantillon national de personnes qui s’injectent des drogues, avant et après l’introduction de l’accès illimité à la thérapie antivirale à action directe contre le VHC.

Lire la suite sur le site d’Addict’aide (fr)

Article original (en) : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/36524842/

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Dans l’enfer du crack : un phénomène de plus en plus répandu depuis le Covid (Moustique)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Vendu à 10 euros “le caillou”, ce substitut de cocaïne aux effets immédiats se répand essentiellement dans les milieux les plus précarisés des grandes villes. La consommation a explosé depuis la crise sanitaire malgré un travail de sensibilisation sur le terrain.

(…) Les indices d’une forte augmentation de l’usage du crack sont indéniables. Christopher Collin avance une explication. “Plus une population se précarise, plus elle a recours à des produits psychotropes, quels qu’ils soient. Il y a encore quelques années, la consommation de crack existait, mais elle était marginale. Aujourd’hui, elle explose. On voit que les années Covid nous ont ramené des gens qui jusque-là étaient sur le fil et qui ont sombré. Par ailleurs, la cocaïne, avec le déversoir qu’est le port d’Anvers, n’a jamais été aussi présente en Belgique qu’aujourd’hui.” Le crack est-il l’apanage des populations précarisées? ­Christophe Collin en est persuadé. “Même si transformer de la cocaïne en crack était, jusqu’il y a peu, une pratique d’initié. Mais maintenant, ce que l’on constate, c’est que cette pratique s’est répandue. Et que de petits labos préparent avec quelques grammes de coke des cailloux, les fractionnent et les vendent pour 10 voire 5 euros. Cinq euros pour s’envoyer en l’air, c’est une proposition “attrayante“ pour un jeune voire un très jeune. Tout ça nous amène dans un cocktail sociétal explosif.” (…)

Éric Husson dirige Lama, une ASBL née en 1982, la première structure bruxelloise à avoir proposé des traitements de substitution à l’héroïne. “Le crack est une consommation d’automédication. Les gens traitent avec cette drogue leurs souffrances, leur isolement, leur décrochage social. Le crack en station de métro, ce n’est pas une consommation festive. C’est de l’oubli voire de l’autodestruction. Le problème, c’est que s’il y a des traitements de substitution pour l’héroïne (notamment la méthadone), il n’y en a pas pour le crack. On ne peut donc pas soigner le symptôme.” (…)

Il faut travailler sur les sous-jacents. Les raisons qui amènent quelqu’un à prendre du crack. Mais si la personne n’a pas de papiers, n’a pas de revenus, n’a pas de logement, n’a pas de perspectives et vit ­constamment dans l’exclusion et la précarité, ça vous donne une idée des conditions à mettre en place pour prendre en charge ces utilisateurs.” (…)

Lire l’article / source : Dans l’enfer du crack : un phénomène de plus en plus répandu depuis le Covid (Moustique 12/03/2023)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Revendications du groupe porteur « Jeunes, Alcool et Société » pour un « plan alcool» interfédéral ambitieux

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

logo jeunes alcool et sociétéDepuis plusieurs mois, le plan alcool 2023-2028 interfédéral est sur la table des négociations. Au départ prévu pour mi-février, il se fait toujours attendre !

Le groupe porteur « Jeunes, Alcool et Société », piloté par Univers Santé, plaide pour des mesures à intégrer à ce nouveau plan et visant à protéger la population avant tout.

En effet, l’alcool est la deuxième cause de mortalité juste derrière de tabac.
Promouvoir des consommations responsables et moins risquées d’alcool est donc primordial pour une politique de santé publique cohérente. C’est pourquoi Univers Santé espère voir enfin aboutir fin mars un plan alcool ambitieux

Lire les revendications du groupe porteur « Jeunes, Alcool et Société »

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Vente et production légale de cocaïne au Canada : une stratégie à rebours de la “War on Drugs” (RTBF)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Au Canada, il est désormais possible pour deux entreprises privées de Colombie Britannique (Ouest) de produire et de vendre de la cocaïne légalement. Par communiqué, l’une d’entre elle a annoncé le jeudi 2 mars qu’elle était aujourd’hui autorisée à “légalement posséder, produire, vendre et distribuer de la feuille de coca et de la cocaïne, ainsi que de la morphine, de l’ecstasy, et de l’héroïne”.

Pour l’Agence fédérale de santé canadienne (Santé Canada), l’objectif de la dérogation est de lutter contre la grave crise de surdoses aux opiacés que connait la province canadienne.

La mesure vise à protéger et éloigner les consommateurs du marché illégal des drogues dures coupées au fentanyl, un dangereux opioïde, dont le mélange est souvent responsable des overdoses.

(…)
Pour Didier Justras-Aswad, chercheur au centre hospitalier de Montréal, spécialiste de la toxicomanie et de la psychiatrie des addictions, les craintes exprimées par les citoyens et les dirigeants de Colombie Britannique sont légitimes : “Je comprends parfaitement pourquoi les gens ont peur. Historiquement, en Amérique du Nord, il y a eu pendant des décennies ce qu’on appelait la ‘War on Drugs’, la guerre contre les drogues. La population a été pendant longtemps abreuvée d’informations autour de cette stratégie-là, qui disait que plus on criminalisait, plus on protégeait la population”.

La stratégie gouvernementale de légalisation entend donc déconstruire la stigmatisation liée à l’usage des drogues. En changeant les mentalités, elle espère inciter plus de personnes dépendantes à ne plus se cacher et à demander de l’aide.

(…)
Le Canada est un pays où plus de 20 personnes décèdent chaque jour d’une overdose liée à la consommation de drogues dures. Les autorités doivent donc agir : “Il commence à y avoir un consensus au Canada sur le fait que notre cadre législatif, notre façon d’encadrer et de traiter la consommation de substances n’est pas optimal. Il contribue même en partie à l’augmentation du nombre de décès, ce qui est très alarmant”, explique le scientifique. (…)

Lire l’article / source : Vente et production légale de cocaïne au Canada : une stratégie à rebours de la “War on Drugs” (RTBF, 7/03/2023)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Plan alcool : “l’État est complice de toutes ces mesures qui font qu’on est à près de 10.000 morts par an dus à l’alcool”, affirme Martin De Duve (RTBF)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Ce mardi 28 février marque la fin de la septième édition de la tournée minérale, à laquelle “16 à 17% de la population adulte participent“, selon Martin De Duve, directeur d’Univers santé qui a repris l’organisation de ce mois d’abstinence.

Et pour limiter les impacts de la consommation excessive d’alcool sur la santé – rappelons que l’alcool est la deuxième cause de mortalité évitable derrière le tabac -, le gouvernement fédéral s’est lancé depuis quelques années sur l’élaboration d’un “plan alcool”. Un projet interfédéral qui tarde à aboutir, puisque la première tentative remonte à 2013.

Pour l’alcoologue et expert en santé publique, invité dans Matin Première, deux facteurs pourraient expliquer ces blocages. “Le premier est l’ancrage culturel de l’alcool. C’est notre drogue culturelle par excellence. […] Il fait partie de notre environnement social, général. L’autre, c’est que les lobbies alcool sont extrêmement puissants, présents et actifs“, souligne-t-il.

(…)

Lire la suite / écouter l’interview / source : Plan alcool : “l’État est complice de toutes ces mesures qui font qu’on est à près de 10.000 morts par an dus à l’alcool”, affirme Martin De Duve (RTBF/La Première, 28/02/2023)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Salles de consommation à moindre risque : les soignants ne pourront plus être poursuivis (RTBF/Belga)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Les soignants qui travaillent avec des toxicomanes dans des salles de consommation de drogues ne pourront bientôt plus être poursuivis.

La commission Santé de la Chambre vient en effet d’approuver, mardi, un projet de loi en ce sens porté par le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit). La N-VA et le Vlaams Belang ont voté contre. (…)

Cette situation appartiendra bientôt au passé grâce au texte voté ce mardi en commission et qui passera prochainement en séance plénière. “Les prestataires de soins qui aident les personnes en situation de dépendance doivent pouvoir le faire sans souci“, a défendu le ministre Vandenbroucke. (…)

Lire la suite / source : Salles de consommation à moindre risque : les soignants ne pourront plus être poursuivis (RTBF/Belga, 28/2/2023)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Drogues : encadrer plus que diaboliser (La Ligue des Famille)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Logo Le LigueurRégulièrement, parmi les inquiétudes des parents d’ados, ressort celle d’une consommation éventuelle, problématique ou tabou de produits stupéfiants. Et comme la drogue est plus que jamais sous le feu des projecteurs, [Le Ligeur] fait le point sans se faire peur avec deux expert·es d’Eurotox et de l’asbl Le pélican qui pensent plus prévention que répression.

(…)

Ce qui est avant tout mis en avant par nos intervenant·es, ce sont les failles en matière de prévention. « On fait appel aux associations de terrain quand il est déjà trop tard. Et quand on le fait, on diabolise le produit, on veut en protéger les gamin·es coûte que coûte, dans un registre qui est beaucoup trop émotionnel. L’adolescence est une période de la vie spécifique à la prise de risques. Il est important de ne pas pathologiser ces usages, ce n’est que donner du crédit à la théorie de l’escalade infirmée par la science », déroule le chargé de projet d’Eurotox.
Florence Marcin, psychologue clinicienne à l’asbl Le pélican, dont la mission est de prévenir tout usage problématique, explique qu’il est essentiel d’ouvrir le dialogue de manière bienveillante et non dramatisante. Tous les usages ne mènent pas forcément à une addiction.
Le problème, c’est lorsque l’usage devient envahissant. Il est le symptôme que quelque chose ne va pas. Il n’est pas la cause, mais la conséquence. « Il n’y a pas de secret, insiste la psy. Il faut parler. Ne surtout pas s’emprisonner dans une absence de discours. Plus on prévient tôt, moins les risques sont élevés ».

(…)

Enfin, nos intervenant·es insistent : quoi qu’il en soit, mieux vaut éviter les jugements sur les personnes qui consomment. De manière à ne pas participer à une vision trop clivante de la société. Ne pas diaboliser les usagers et usagères. Ne pas diaboliser le produit non plus. Et ne pas diaboliser non plus vos a priori.

(…)

Au chapitre de ce qu’il ne faut pas faire : la prévention par la peur. Michael Hogge l’illustre par un bel exemple : les descentes de police dans les écoles. Dans son dossier Police Partout, prévention nulle part, paru en 2016, la revue Prospective jeunesse démontre avec pertinence l’inadéquation de cette pratique. En découle une brochure, Les alternatives aux descentes de police dans les écoles, qui complète la réflexion et propose de vraies alternatives aux écoles.

Lire la suite de l’article sur le site web de la Ligue des Famille (08/02/2023)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email