Persbericht

Malgré l’échec, l’ONU poursuit le dogme de la prohibition de la drogue (Le Temps)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

La politique onusienne menée depuis 2009 n’a en rien freiné le trafic. Mais la Commission des stupéfiants de l’ONU n’en a pas tiré les leçons. La colère de Michel Kazatchkine, membre de la Commission globale de politique en matière de drogue (meer…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Salles de shoot : “Un vrai réseau va bientôt se développer à Bruxelles” (DH)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Un décret sera bientôt adopté par la Cocof pour légaliser les salles de consommation.

Ouvrir des salles de consommation sera bientôt légal à Bruxelles. C’est en tout cas l’objectif de la proposition de décret portée par Julien Uyttendael (PS), député bruxellois. Discutée aujourd’hui à la Cocof, la Commission communautaire française, la proposition est déjà cosignée par la majorité bruxelloise, représentée par André du Bus de Warnaffe (CDH) et Fabian Maingain (Défi).

Elle devrait être adoptée dans les prochaines semaines et entrera donc en contradiction – mais c’est le but – avec la loi antidrogue de 1921. Cette dernière considère en effet qu’un tel lieu représente une incitation, ou en tout cas une facilitation de la consommation. Pourtant, le secteur est unanime : les salles de shoot permettent en réalité de limiter les risques liés à la consommation de drogue, comme les overdoses mortelles ou la contamination à l’hépatite C ou au VIH.

Lire la suite / Source : Salles de shoot : “Un vrai réseau va bientôt se développer à Bruxelles” (DH)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

La consommation de cocaïne et d’ecstasy en hausse en Belgique (Le Soir)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

(meer…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Plaidoyer pour la naloxone (Le Journal du Pharmacien)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

En février, la Fédération bruxelloise des institutions pour toxicomanes (Fedito BXL asbl) a organisé sa journée d’étude annuelle sur le thème « Réduire les décès et limiter les infections ». L’une des questions au cœur des débats concernait la mise à disposition plus large de la naloxone, l’antidote des overdoses aux opiacés. (meer…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Bientôt une “salle de [consommation à moindre risque]” à Charleroi? (7sur7)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

La majorité communale carolo soutient le projet.

La majorité communale PS/C+/Ecolo soutient la création d’une “salle de [consommation à moindre risque]” contrôlée dans le centre-ville de Charleroi, relate La Dernière Heure ce vendredi. Elle permettrait, selon ses défenseurs, de réduire les cas d’overdoses et de traiter les conséquences de la consommation problématique d’héroïne dans l’espace public. (meer…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Pano: Medicinale cannabis – wondermiddel of niet? (VRT)

Vorige week keurde de commissie volksgezondheid in de kamer een wetsvoorstel goed dat de opstart van een “cannabisbureau” mogelijk maakt. Daarmee wil de overheid de teelt en het verdelen van medicinale cannabis regelen.

Een stap vooruit want medicinale cannabis verkrijgen, is in ons land niet vanzelfsprekend. Door de huidige strikte wetgeving zien patiënten zich gedwongen om er op een illegale manier aan te raken.

Pano onderzoekt met Daniël Dumoustier – cameraman, oorlogscorrespondent en kankerpatiënt – wat dat eigenlijk is, medicinale cannabis, en wat het wetsvoorstel verandert voor mensen die het product willen gebruiken in de strijd tegen hun ziekte. (meer…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

UN drugs watchdog still in denial over cannabis (IDPC)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Engels.

5th March 2019 (Vienna, Austria) – Today, the International Narcotics Control Board (INCB) – the UN watchdog on compliance with the international drug control conventions – has released its latest position on cannabis which largely warns against ‘medical cannabis’ rather than welcoming the many advances in the therapeutic applications of the plant.

The INCB’s hawkish position on cannabis, released as part of its Annual Report, comes at a pivotal moment for policy reforms. Forty-eight countries allow access to medicinal cannabis, while countries such as Canada, Uruguay and the USA (at state level) allow recreational cannabis use.  Others are following suit, with plans announced for such moves in Mexico, New Zealand and Luxembourg. Rather than engaging constructively with these accelerating developments and offering forward-looking solutions on how improve systems for medical cannabis access, the INCB chooses to stick closely to the prohibitionist hymn sheet and admonish countries that have allowed less strict medical regimes, arguing that these have paved the way for ‘non-medical’ or recreational use.

In addition, the Board makes a highly questionable exception for “pharmaceutical-quality cannabinoids”, which it says should “be approved for clearly defined medical uses by the country’s pharmaceutical regulatory system” but continues to essentially demonise other medical cannabis products and downplay their therapeutic and medical usefulness. In this way, the INCB privileges pharmaceutical control of the medical cannabis industry and side lines traditional medicinal practices, herbal products from small farmers as well as patients who would prefer to grow their own plants.

Ann Fordham, Executive Director of the International Drug Policy Consortium, said: “The INCB has taken a misguided position in their ongoing attempt to stifle reforms. They fear that welcoming the medical use of cannabis might further strengthen the trend towards regulation, including for non-medical purposes. But their position that medical use should be strictly limited to pharmaceutical cannabinoids, in fact may pave the way for powerful corporate interests to control the cannabis market – something that advocates from both ends of the ideological debate on drugs have long warned against. It is unfortunate that precisely at a time when leadership, guidance and constructive dialogue are most needed with regard to cannabis policy, the INCB has opted to keep their heads in the sand.”

Next week, UN member states will meet in Vienna at the Commission on Narcotic Drugs to chart the way forward on international drug policy, without evaluating progress against the current 10-year UN strategy or acknowledging recent policy developments on the ground. With this latest position on cannabis, the INCB remains part of an increasingly outdated and ineffective drug control system that can no longer deal with the rapidly changing global drug market. The trend towards cannabis reforms for both medical and recreational use is only set to accelerate. To remain relevant, INCB would do well to support governments to negotiate this new terrain rather than seeking to stall and undermine developments in cannabis legislation.

Key links and information:

  • The International Drug Policy Consortium is a global network of 182 NGOs that come together to promote an objective and open debate on national and international drug policies, and supports evidence-based policies that are effective at reducing harms. More information: www.idpc.net.
  • The International Narcotics Control Board (INCB) is an independent, quasi-judicial expert body established by the Single Convention on Narcotic Drugs of 1961 to monitor and support Member States in implementing the UN drug control treaties.
  • ‘Medicinal cannabis policies and practices around the world’ is available here: https://idpc.net/publications/2018/04/medicinal-cannabis-policies-and-practices-around-the-world. This briefing paper, by IDPC and México Unido Contra la Delincuencia (Mexico United Against Crime – MUCD) provides an overview of the key models of medical cannabis regulation and offer general recommendations to improve public policies in areas where legislation is already in place and to improve decision-making in countries where reform is pending.
  • Taking stock: A decade of drug policy – A civil society shadow report’ is available here: https://idpc.net/publications/2018/10/taking-stock-a-decade-of-drug-policy-a-civil-society-shadow-report. This report, produced by the International Drug Policy Consortium in the absence of a formal evaluation of the 2009 Political Declaration and Plan of Action, evaluates the impacts of drug policies implemented across the world over the past decade and concludes that commitments and targets set in 2009 have not been achieved, and in many cases have resulted in counterproductive and harmful policies.

Source : UN drugs watchdog still in denial over cannabis (IDPC)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Pour arrêter la cigarette, vapoter est deux fois plus efficace que les patchs ou les gommes à mâcher (The Conversation)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Les résultats d’une importante étude anglaise viennent d’être publiés dans la plus prestigieuse revue médicale internationale, le New England Journal of Medicine. Celle-ci démontre sans ambiguïté que pour arrêter de fumer, la cigarette électronique est nettement supérieure aux substituts nicotiniques tels que patchs et gommes. Décryptage des résultats.

Un an après le début de l’étude, le taux de sujets ayant arrêté le tabac était de 18,0 % dans le groupe « vape », contre presque moitié moins (9,9 %) dans le groupe « substituts nicotiniques ». Parmi les sujets qui avaient arrêté le tabac, 80 % utilisaient encore l’e-cigarette, contre 9 % qui utilisaient encore les substituts nicotiniques.

Source : Pour arrêter la cigarette, vapoter est deux fois plus efficace que les patchs ou les gommes à mâcher (The Conversation)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Les auditeurs ont la parole – Pour ou contre la libéralisation du cannabis (BelRTL)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Zoé Genot (Ecolo) et Vanessa Matz (cdH) répondaient aux questions de Pascal Vrebos, vendredi 1er mars 2019, sur la régulation du cannabis (thérapeutique et récréatif) et la mise en place de salle de consommation à moindre risque (SCMR), dans l’émission Les auditeurs ont la parole (BelRTL).

Réécouter l’émission

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Lutte antidrogue : bientôt le triste centenaire d’un code pénal dépassé ? (Le Soir)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Les bases de la législation antidrogue en Belgique datent de près d’un siècle. Smart on Drugs, groupe d’experts et de citoyens, réclame la modernisation de la lutte contre les stupéfiants. (meer…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Des cultivateurs belges pourront bientôt faire pousser du cannabis à usage médical (La Libre)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Sous le contrôle strict d’une agence d’État. La proposition de loi (MR, CD&V et Open VLD) a de bonnes chances d’être votée avant le scrutin.

Le MR, le CD&V et l’Open VLD, trois des quatre partis de l’équipe fédérale démissionnaire, ont élaboré une proposition de loi destinée à instaurer une agence gouvernementale pour contrôler la production du cannabis à usage thérapeutique. Ce texte d’initiative parlementaire reprend les principes du projet de loi en préparation au cabinet de la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open VLD), qui n’a pas pu aboutir en raison de la chute du gouvernement, suite au départ de la N-VA, en décembre 2018. L’examen du texte, qui a le soutien de plusieurs partis de l’opposition, est en cours en commission de la Santé. La proposition a de bonnes chances d’être votée avant le scrutin de mai prochain.

Atténuation de la douleur

Les bienfaits du cannabis pour atténuer la douleur liée à certaines pathologies comme le cancer, la sclérose en plaques (SEP) ou une forme rare d’épilepsie sont connus. Les cannabinoïdes peuvent être utiles quand les médicaments traditionnels sont devenus inefficaces.

Des recherches montrent que l’usage thérapeutique de cannabinoïdes atténue les symptômes en cas de douleurs neuropathiques et de contractions musculaires graves. Ces médicaments à base de cannabinoïdes (THC et CBD) apaisent la douleur et renforcent le confort de sommeil, l’appétit et la qualité de vie générale. En Belgique, il existe un seul médicament – le Sativex – disponible (lire ci-contre).

En revanche, les patients belges ne peuvent pas se procurer du cannabis à des fins médicales. Un arrêté royal du 11 juin 2015 interdit formellement sa délivrance sous forme de plante. La culture du cannabis n’est pas autorisée, même à des fins médicales ou scientifiques.

Source / lire la suite : Des cultivateurs belges pourront bientôt faire pousser du cannabis à usage médical (La Libre)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Décès par overdose : “les politiciens doivent sortir la tête du sable !” (Le Guide Social)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Constat inquiétant : le nombre de décès par overdose est en augmentation depuis quatre ans en Europe. Un cri de détresse qui tombe dans l’oreille d’un sourd, du côté des politiques.

Ce jeudi 21 février 2019 se tenait « Drugs in Brussels ». La journée d’étude, organisée par FEDITO BXL, était consacrée, notamment, à la réduction des décès par overdose, en augmentation ces dernières années. Pour Sébastien Alexandre, directeur de l’asbl, cela passe aussi par la modernisation de la politique “drogues” belge.

Le flou des chiffres

Le nombre d’overdoses est en augmentation depuis quelques années en Europe. On tourne à environ 10.000 décès par overdose par an. Et, en Belgique ? C’est difficile à dire. Et, pour cause, le monitoring est plus que lacunaire. « Il existe une sous-estimation d’overdoses mortelles en Belgique, beaucoup passent sous le radar », explique Sébastien Alexandre, directeur de FEDITO BXL. « Même l’institut scientifique de la santé publique, Sciensano, l’a avoué ».

Les derniers chiffres de Sciensano datent de 2014. Ils dénombraient une septantaine de décès pour cause de surconsommation. Un résultat sous-évalué et datant d’avant le début de la « crise d’overdoses ». « Il y a un travail à fournir. C’est nécessaire car la situation est inquiétante, même si nous sommes encore très loin des chiffres américains ». L’année dernière, les Etats-Unis ont dénombré 70.000 décès par overdose. Presque le double du nombre de morts causés par les accidents de la route !

La naloxone : une solution à un problème grandissant

L’une des solutions à l’augmentation des décès par surconsommation est la naloxone. Ce médicament est un antidote aux overdoses opiacées. Mais, il reste trop difficile de s’en procurer, selon Sébastien Alexandre. « Actuellement, en Belgique, la naloxone est disponible que par injection, sous prescription d’un médecin. L’accès doit absolument être facilité. Elle doit être disponible en accès libre, c’est-à-dire gratuitement et en vente libre. Mais, aussi, en version spray nasale ».

Présent lors de la journée d’étude, les représentants de cinq partis belges (PS, sp.a, cdH, OpenVLD et Ecolo) ont adhéré à l’idée de mettre la naloxone à disposition des usagers de drogues à risque. « Ce sont des mesures qui ont déjà été prises à l’étranger, comme en France ou au Pays-Bas. Maintenant, ce qu’il faut, c’est un peu de courage politique ! », défend le directeur de FEDITO BXL.

« Les politiques se cachent derrière l’argument moral »

Actuellement, la politique en matière de drogues est régie par une loi datant de 1921. Pour Sébastien Alexandre, une modernisation est plus que nécessaire. « Les fondamentaux de cette loi ne sont plus de tout en phase avec la réalité ! Il faut que les politiciens adoptent une stratégie, un plan d’action avec des objectifs et des deadlines. Mais aussi, qu’il analyse la politique en matière de drogue du point de vue de la santé publique ». Selon le directeur, cela fait trop longtemps que les politiques se cachent derrière l’argument moral. « Il voient ça comme une incitation à la consommation. Or, dans le cas de la naloxone, c’est totalement faux. La naloxone est un médicament ! C’est une question de santé publique, pas de morale. ».

Sébastien Alexandre garde, tout de même, espoir d’un changement de la loi, lors de la prochaine législature. « A un moment, la Belgique et ses entités fédérés vont devoir sortir la tête du sable et aborder le problème ».

Source : Décès par overdose : “les politiciens doivent sortir la tête du sable !” (Le Guide Social)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email