Barbara Trachte sur l’accord non-marchand bruxellois : « Le grand enjeu, c’est la valorisation du secteur » (MonASBL.be)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Dans une interview accordée à MonASBL.be, la ministre-présidente de la Cocof, Barbara Trachte, revient sur les grandes mesures de l’accord non-marchand bruxellois conclu le 23 décembre 2021.

Fin décembre 2021, un nouvel accord non marchand a été conclu à Bruxelles pour la période 2021-2024. L’objectif : prévoir l’affectation des 57 millions d’euros dégagés quelques mois plus tôt (le budget initialement fixé à 30 millions d’euros avait finalement été revu à la hausse en juillet 2021).

Ainsi, après plusieurs mois de négociations, les gouvernements bruxellois (Cocof, Cocom et la Région de Bruxelles-Capitale) et les partenaires sociaux ont mis sur pied une série de mesures impactant près de 20.000 travailleurs et travailleuses du non-marchand.

Cet accord devrait permettre de rencontrer cinq objectifs : la revalorisation salariale, l’amélioration des conditions de travail, le renforcement de normes de personnel et de la mobilité et, enfin, la mise en œuvre de mesures innovantes de mutualisation et support.

Pour mieux comprendre les contours de l’accord, MonASBL.be a pu s’entretenir avec Barbara Trachte, ministre-présidente de la Cocof.

Barbara Trachte : Le secteur associatif et non-marchand bruxellois est notre partenaire absolu. On a une Région qui est jeune, pauvre, avec des populations qui rencontrent beaucoup de difficultés et une nécessité de s’émanciper à différents niveaux. La collaboration avec le secteur associatif est vitale pour les Bruxellois et Bruxelloises et donc pour nous.

Lire l’interview / source : Barbara Trachte sur l’accord non-marchand bruxellois : « Le grand enjeu, c’est la valorisation du secteur » (MonASBL.be, 26/01/2022)

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email