Cinquante ans de guerre aux drogues et aucune issue en vue (Le Temps)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Il est grand temps d’initier une réelle désescalade dans la guerre aux drogues, et de focaliser l’effort public sur de meilleures politiques de contrôle des drogues, écrivent l’ancienne présidente de la Confédération Suisse Ruth Dreifuss et l’ancien président du Brésil Fernando Henrique Cardoso, membres de la Commission globale de politique en matière de drogue.

Il y a cinquante ans, le 17 juin 1971, le président américain annonçait la «guerre aux drogues», ce «fléau» érigé en ennemi public numéro un par l’administration Nixon. Cette guerre portait en elle le recours à la force de manière exceptionnelle et temporaire, afin de mettre fin à un marché illégal en croissance durant les années des mouvements sociaux et de jeunesse de 1968, de la mondialisation des échanges commerciaux, et du développement des mouvements de contreculture.

Cette guerre dure encore, et ne fut ni exceptionnelle, ni temporaire. Cinquante ans plus tard, l’ennemi à abattre est toujours non-identifié, les moyens financiers et sécuritaires pour y arriver ne cessent de croître, et les résultats ne cessent de décevoir. En cinquante ans, la production, la consommation, le trafic, la puissance des substances, leur adultération, leur nombre, volume et diversification, la violence dans le marché illégal, la sur-incarcération, la surpopulation carcérale, la disproportionnalité des peines (allant jusqu’à la peine de mort ou les exécutions sommaires), et la puissance des organisations criminelles n’ont fait que croître.

(…)

Source / lire l’article : Cinquante ans de guerre aux drogues et aucune issue en vue (Le Temps, 21/06/2021)

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email