Liège : moins de fréquentation à la [salle de consommation à moindre risque] (RTBF)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Créée en septembre 2018 pour encadrer et sécuriser les drogués à l’héroïne ou la cocaïne, éviter aussi qu’ils ne se piquent en rue à la vue de tous, la salle de consommation de Liège reste ouverte en cette période de confinement.

(…)

Les drogués de la rue ont moins de rentrées financières puisque, confinement oblige, la mendicité par exemple ne leur rapporte plus rien. Par contre, il semble toujours possible de se procurer héroïne et cocaïne, “les vendeurs se sont réorganisés”, explique Dominique Delhauteur, le responsable du projet Tadam et de cette salle de consommation encadrée.

Des drogués qui se rendent à la salle, il y en a donc : “86 personnes différentes du 12 au 29 mars. On compte aussi en nombre de passages et là, on voit une nette diminution. Alors que la moyenne de passages par jour est de 66, on retombe à 23 pour l’instant” précise Dominique Delhauteur. La salle de consommation offre aussi temporairement un service de repas aux personnes qui en ont le plus besoin.

(…)

Le risque c’est pour après. Aujourd’hui avec la diminution du nombre de passages on se rend compte que des consommateurs ont, semble-t-il, passé la période de sevrage sans trop de soucis. Un peu comme quand ils sont hospitalisés ou en prison. Par contre, quand le confinement sera terminé, ils vont reprendre d’un coup de fortes consommations et à ce moment-là on risque une augmentation du risque d’overdoses“, ajoute Dominque Delhauteur.

Lire l’article / source : Liège : moins de fréquentation à la “salle de shoot” (RTBF, 31/03/2020)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email