‘Sortons les pauvres et les drogués des prisons ! Tout le monde y gagnera…’ (LeVif.be)

Onze verontschuldigingen, dit bericht is alleen beschikbaar in Frans.

Une carte blanche de Jean-Marie Dermagne, Ancien bâtonnier, avocat de la Ligue des Droits de l’Homme, porte-parole du SAD :

[On] retrouve derrière les barreaux, non seulement les monstres, les vauriens indécrottables et les brutes invétérées (qui, soit relevé en passant, ne doivent même pas faire 20% du total) mais, davantage, des naufragés de l’existence, des étrangers en perdition, des paumés et puis la déferlante de ceux qui sont ramassés dans les filets de la sempiternelle lutte contre les drogues. (…)

Les premiers à se retrouver derrière les barreaux ne sont pas les caïds ou les malfaiteurs qu’on évoque dans les séries télévisées mais les illettrés, les sans-papiers, les pauvres, qui souvent marchent sur la corde raide et, parfois, chutent. Il arrive que la sévérité des peines qu’ils ont à subir ne soit liée qu’à leur absence ou à leur défense indigente ou maladroite. Leur formation souvent réduite à peu de chose les marginalise. C’est pour eux que Victor Hugo a prêché, souvent dans le désert, la construction d’écoles qui devait faire fermer des prisons. Mais ça fait des lustres qu’on ne construit plus guère d’écoles et quelques années, en revanche, qu’on fabrique de nouvelles prisons. La situation s’aggrave à mesure que la protection sociale se réduit comme une peau de chagrin. Et la classe moyenne peine à saisir que ce qu’on économise du côté de la sécurité et de l’aide sociale, en en excluant les bénéficiaires à tour de bras, on est forcé d’en injecter le double dans le système pénal et pénitentiaire. La discrimination fondée sur la fortune est prohibée : pourtant il n’y a pas d’endroit où elle est le plus honteusement spectaculaire que dans les palais de justice et les prisons… (…)

Les pays dont le régime est le plus répressif sont aussi ceux où la consommation est la plus forte avec, à la clé, d’énormes dégâts sanitaires et sociaux, du fait de la marginalisation et la désocialisation d’une partie de la jeunesse consommatrice. (…)

Le Portugal a dépénalisé les drogues depuis plus de 15 ans et n’envisage nullement de faire marche arrière. (…)

Source : ‘Sortons les pauvres et les drogués des prisons ! Tout le monde y gagnera…’ (LeVif.be)

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email