« Salle de shoot » à Strasbourg : un an après, un bilan « exemplaire »  (Sciencesetavenir.fr)

7 décembre 2017 AJ 0

1 an après son ouverture le 7 novembre 2016, la salle de consommation de drogue à moindre risque (SCMR) de Strasbourg présente un bilan « tout à fait exemplaire » et constitue une « réussite en termes de tranquillité publique« , s’est félicité vendredi 1er décembre 2017 son comité de pilotage. La première SCMR a ouvert en 1986 en Suisse. En France, les  » salles de shoot  » ont été rendues possible par la loi santé adoptée en décembre 2015. L’expérimentation doit durer six ans et pourrait voir d’autres villes s’intégrer au projet. Il existe aujourd’hui près d’une centaine de salles dans le monde.

Source / lire la suite : « Salle de shoot » à Strasbourg : un an après, un bilan « exemplaire » (Sciencesetavenir.fr)

Accompagnement, soutien et dépistage du VIH dans les salles de « shoot » (Actusoins)

7 novembre 2017 AJ 0

Il y en a environ quatre-vingt dix dans le monde dont deux en France, l’une à Strasbourg, l’autre à Paris. Les salles de consommation à moindre risque (SCMR) permettent aux consommateurs de drogues, de le faire dans un lieu sécurisé et de manière encadrée. Ces structures en expérimentation jusqu’en 2022, offrent aux infirmières un rôle de premier plan.

Drogues: après Liège, des salles de shoot demandées à Bruxelles (Belga)

11 septembre 2017 AJ 0

Le gouvernement francophone bruxellois s’est accordé jeudi sur une «étape significative» dans la mise en oeuvre du plan de réduction des risques liés à l’usage des drogues. Deux associations seront reconnues et financées, une démarche qui s’accompagne d’un appel au fédéral à faire évoluer le cadre légal en vue de permettre la mise en place de salles de consommation de drogues encadrées pour le public visé.

«C’est une folie de croire qu’une seule salle de shoot à Paris suffira» (Libération)

10 mai 2017 AJ 0

Lors d’un colloque sur la politique de réduction des risques chez les usagers de la drogue, vendredi à l’université de Saint-Denis, des acteurs historiques de la lutte ont pointé le nombre insignifiant en France de ces salles de consommation à moindre risque.

La politique de réduction des risques en matière de drogues, on le sait, c’est le bon sens sanitaire : c’est devant une conduite addictive en particulier qu’il faut se poser la question du danger pour la santé plutôt que de mettre en place une politique du tout ou rien, c’est-à-dire le sevrage ou le laisser-aller. Il s’agit de réduire les risques. Ainsi, pour les toxicomanes par voie intraveineuse, il s’agit de créer des programmes d’échange de seringues mais aussi de rendre accessibles les produits de substitution. Des mesures qui ont permis de […]

Toxicomanie : la commission santé de la Chambre avance sur la création de salles de consommation supervisées (Muriel Gerkens)

7 février 2017 AJ 0

La Commission santé de la Chambre a pris [ce 7 février] en considération la proposition d’avis favorable à la création de salles de consommation supervisées et de lieux de traitement assisté à l’héroïne de substitution déposée par Muriel Gérkens, députée fédérale Ecolo et présidente de la commission santé. Cette proposition d’avis concerne les 2 propositions de loi introduites sur ces sujets par Willy Demeyer.

Bien qu’il n’y ait pas encore eu vote sur cet avis, les travaux et réflexions avancent. La commission prévoit ainsi de se réunir à nouveau en mars pour décider d’éventuelles auditions complémentaires aux avis et études reçus, et d’éventuelles visites aux Pays-Bas ou à Paris, où des projets similaires sont en cours.

D’ici là, les membres de la commission recevront la note issue de la dernière conférence interministérielle de 2016 à ce sujet et les objectifs d’une nouvelle […]

Héroïne: Liège est prête pour une salle de consommation (L’Avenir)

9 janvier 2017 AJ 1

Le bourgmestre de Liège fait sa demande officielle: il est prêt à accueillir une salle de consommation d’héroïne dans sa ville.

Sa lettre à Maggie De Block va partir dans les jours qui viennent. Willy Demeyer, le bourgmestre PS de Liège, demande à la ministre fédérale de la Santé une dérogation pour ouvrir la première salle de consommation d’héroïne en Belgique. À titre de recherche-action.

Doit-on ouvrir des salles de consommation de drogues? Benoît, un toxicomane, témoigne: « C’est choquant quand on tombe sur quelqu’un qui fait ça » (RTL Info)

8 décembre 2016 AJ 0

En France, les villes de Paris et Strasbourg ont franchi le pas. Elles ont ouvert des salles de consommation à moindre risque à destination des toxicomanes. Chez nous, la ville de Liège en réclame une depuis de nombreuses années et Bruxelles a emboîté le pas. Mais le gouvernement fédéral ne veut pas modifier la législation qui permettrait l’ouverture de ce type de salle. Un reportage de Frédéric Moray pour Bel RTL.

Lire la suite : Doit-on ouvrir des salles de consommation de drogues? Benoît, un toxicomane, témoigne: « C’est choquant quand on tombe sur quelqu’un qui fait ça » (RTL Info)

 

Bruxelles: encadrer l’usage de drogue pour aider certains toxicomanes, une des propositions du plan de sécurité régional (lacapitale.be)

28 novembre 2016 AJ 0

Un projet de plan régional de sécurité sera sur la table aujourd’hui [jeudi 24/11/2016] du Conseil régional de sécurité. Le document, que La Capitale a pu découvrir en primeur, aborde dix thématiques jugées prioritaires. Parmi elles, la drogue et les assuétudes. Avec une proposition innovante. Faire modifier une loi afin de développer deux expériences d’aide aux toxicomanes. La délivrance d’héroïne sous contrôle médical à certains toxicomanes qui ne supportent pas le traitement à la méthadone, comme le projet Tadam qui a été mené à Liège durant 2 ans.

Source : Bruxelles: encadrer l’usage de drogue pour aider certains toxicomanes, une des propositions du plan de sécurité régional – lacapitale.be