Les opérations « anti-drogues » dans les écoles : Inefficaces en prévention, angoissantes pour les élèves et anti-pédagogiques !

9 mai 2019 AJ 0

Communiqué de presse du groupe Concertation Réflexion Ecoles-Police Bruxelles – CREPB, le 8 mai 2019

Les écoles sont-elles des plaques tournantes du trafic de drogues et les élèves de dangereux dealers ? A un point tel que les règlements, les autorités scolaires et les processus pédagogiques ne puissent rien y faire ? On pourrait le croire en se basant sur l’augmentation importante du nombre d’interventions policières anti-drogues dans les écoles[1] : de 64 en 2007 à près de 750 en 2017 !

Pourquoi l’installation de « salles de shoot » demeure problématique (La Libre)

12 février 2019 AJ 0

Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, présentera ce lundi [11 février 2019] au bureau du PS, un premier bilan de la salle de consommation à moindre risque (SCMR) pour toxicomanes. Après cinq mois, l’expérience est concluante: 300 usagers de drogue sont inscrits et la « salle de shoot » n’a rencontré aucun problème majeur. Elle enregistre 40 passages par jour ­­- soit autant de consommations (injections ou inhalations) qui ne se font plus dans la rue.

On sait que Bruxelles et Charleroi, et peut-être Namur, voudraient aussi se lancer. Sur base des études disponibles, l’efficacité d’un tel dispositif pour les usagers de drogues illégales est établie : la qualité de vie et de santé des toxicomanes s’améliore et leurs comportements à risques diminuent. Là où il existe des “salles de shoot” (88, dans 9 pays d’Europe), il y a une diminution de nuisances sociales: […]

Répression des drogues: peine perdue – Alter Echos #465

5 juillet 2018 AJ 0

Alter Échos n° 465  (juillet 2018) consacre un important dossier sur la politique drogues en Belgique.

«Elle est vieille ta femme, elle est trop vieille pour toi», chantait Mano Solo s’adressant à un «junkie» dans l’attente fébrile de son dealer et de sa dose*. Elle est vieille, aussi, la loi belge qui pénalise la détention, la vente, la fabrication et l’importation de stupéfiants en Belgique. Trop vieille? Si elle a subi quelques modifications au cours du temps, la loi presque centenaire suscite la critique pour son anachronisme. Tandis que certains partis politiques prônent depuis peu la légalisation encadrée du cannabis, dans la police et le secteur judiciaire, des voix timides ou plus audacieuses s’élèvent contre le principe […]

Drogues, salles de [consommation de drogues] et désobéissance civile (Moustique.be)

15 mai 2018 AJ 0

La tolérance zéro prônée par le fédéral en matière de consommation de stupéfiants a du plomb dans l’aile. Qu’il le veuille ou non. À côté de la guerre contre la drogue – personnifiée à Anvers par Bart De Wever -, les politiques menées en la matière se déclarent également la guerre… entre elles. C’est que la loi régissant les narcotiques en Belgique date de 1921. Un non-sens pour de nombreux citoyens, acteurs de terrain, juristes et politiques qui dénoncent son obsolescence.

Lire la suite : Drogues, salles de [consommation de drogues] et désobéissance civile (Moustique.be)

“The drug market is thriving” while the Commission on Narcotic Drugs limps along (IDPC)

10 avril 2018 AJ 0

“The drug market is thriving” is one of the key messages in UNODC’s 2017 World Drug Report. This is an important admission from the UN’s lead agency for drugs given that it is now less than nine months away from 2019 – the current target date by which governments committed to “significantly reduce or eliminate” the global drug market within ten years. At last month’s annual gathering of the Commission on Narcotic Drugs (CND) in Vienna, the abysmal failure to be able to claim any progress whatsoever towards these so-called ‘drug-free’ targets was the backdrop to the latest round of tense negotiations on global drug control.

Pressure on the UN drug […]

Portugal’s radical drugs policy is working. Why hasn’t the world copied it? (The Guardian)

7 décembre 2017 AJ 0

Désolé, cet article est seulement disponible en Anglais.

In 2001 Portugal became the first country to decriminalise the possession and consumption of all illicit substances. Rather than being arrested, those caught with a personal supply might be given a warning, a small fine, or told to appear before a local commission – a doctor, a lawyer and a social worker – about treatment, harm reduction, and the support services that were available to them.

The opioid crisis soon stabilised, and the ensuing years saw dramatic drops in problematic drug use, HIV and hepatitis infection rates, overdose deaths, drug-related crime and incarceration rates. HIV infection plummeted from an all-time high in 2000 of 104.2 new cases per million to 4.2 cases per million in 2015. The data behind these changes has been studied and cited as […]

«L’interdiction des drogues crée plus de problèmes qu’elle n’en résout» (swissinfo.ch)

5 décembre 2017 AJ 0

Zurich arrive aux côtés de Londres et d’Anvers en tête du peloton des villes européennes où la consommation de cocaïne est la plus élevée. Sur les bords de la Limmat, la fée blanche ferait partie du quotidien de quelque 2000 personnes, selon des estimations. C’est pourquoi les spécialistes et certains politiciens demandent une nouvelle approche dans la politique de la drogue et en particulier la décriminalisation des drogues dures. La droite conservatrice se dit choquée.

Source / lire la suite : «L’interdiction des drogues crée plus de problèmes qu’elle n’en résout» (swissinfo.ch)

We’re all drug policy makers : retour de Public Policy Exchange

14 novembre 2017 AJ 0

« We’re all drug policy makers. » C’était une des conclusions de la journée d’étude du 7 novembre 2017 organisée par Public Policy Exchange et présidée par la Fedito Bxl – Drugs & Addictions in Brussels. Il s’agissait de se pencher de manière extensive sur le nouveau Plan d’Actions Drogues Européen 2017-2020, avec un panel constitué d’experts internationaux issus d’ONG, d’administrations et de divers centres de recherche.

Pour une politique des drogues pragmatique (Dedans-Dehors)

5 octobre 2017 AJ 0

Sociologue et politiste, Marie Jauffret-Roustide s’intéresse depuis plusieurs années aux phénomènes d’addiction et à l’enjeu de la réduction des risques en prison. Responsable de plusieurs enquêtes sur la santé des usagers et les comportements de consommations, elle appelle à « mettre à distance le jugement moral et repenser la politique des drogues ».