« J’arrête quand je veux ! » : Réédition pour un sujet plus que jamais d’actualité

9 octobre 2020 AJ 0

Dix ans après sa première parution, le roman « J’arrête quand je veux ! », fruit d’une collaboration entre l’auteur liégeois Nicolas Ancion et Infor-Drogues, s’apprête à faire sa rentrée avec un nouveau look. Axé sur la gestion des jeux vidéo, le roman jeunesse s’accompagne d’un projet éducatif qui permet depuis de nombreuses années d’introduire les 10-12 ans au concept de dépendance au virtuel. Une nouvelle vie pour un sujet des plus actuels, en pleine rentrée des classes post-confinement.

Sexe, drogue, clandestins : et si on légalisait ? (Les Inrocks)

9 mai 2016 AJ 0

Dans son nouvel ouvrage Pour en finir avec les mafias – Sexe, drogue, clandestins : et si on légalisait ?, Emmanuelle Auriol, professeure à l’Ecole d’économie de Toulouse, propose plusieurs moyens pour lutter contre le crime organisé. Opposée à la vision étatique actuelle, faisant de la prohibition la seule solution pour éradiquer ces marchés, elle estime que des politiques publiques couplant légalisation, répression et éducation auraient de meilleurs résultats – qu’ils soient économiques ou sociaux.

Dès lors que les citoyens ne peuvent avoir légalement accès à de la drogue ou aux services de prostituées, ils se tournent vers les réseaux du crime organisé, qui, eux, peuvent répondre à leur demande. Clairement, la prohibition comme seule solution est un échec : regardez le cannabis ! En France, on a la plus grosse consommation d’Europe, les […]

Pierre Chappard et Jean-Pierre Couteron publient un livre sur les salles de consommation à moindre risque : « Salle de shoot »

14 avril 2013 AJ 0

livre - salle de shoot - chappard couteron 2015 - coverPierre Chappard (ASUD) et Jean-Pierre Couteron (Fédération Addiction) publient un livre sur les salles de consommation à moindre risque intitulé « Salle de shoot, les salles d’injection supervisée à l’heure du débat français » aux Éditions La Découverte.

Le débat sur les salles d’injection exacerbe les tensions entre tenants de la « guerre à la drogue » et partisans de la « réduction des risques » (politique qui permet aux usagers de drogues de préserver leur santé même s’ils n’arrêtent pas les drogues). Il révèle la fracture entre des responsables politiques nationaux tentés par la démagogie, et des élus locaux, pragmatiques. Refusant les expériences en Espagne, Suisse, Allemagne ou Canada, et balayant les études scientifiques, le précédent gouvernement avait dit « non […]