Cette rubrique épingle des articles à lire ailleurs : il s’agit de notre revue de presse / revue de web.
Pour consultez les archives de cette rubrique, visitez notre ancienne page Scoop.it.

Criminal justice reformers are hooked on drug courts, they should kick the habit | TheHill

Désolé, cet article est seulement disponible en Anglais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

With opioid overdose deaths hitting record highs throughout the US, and the White House Commission calling for declaring a state of emergency, many are looking for new solutions to addiction and overdose.

But one proposal popular in some circles — the expanded use of drug courts — is not the perfect solution some make it out to be.

Drug courts are an old idea.

Created in the 80s to expedite the overwhelmed court dockets created by the drug war, they have already enjoyed a great deal of fanfare and funding — from both sides of the political aisle. But despite the good intentions that often underpin them, they are a flawed solution.

These courts are squarely housed in the criminal justice system, where there is little medical expertise or care available but where punitive sanctions are plentiful.

More : Criminal justice reformers are hooked on drug courts, they should kick the habit | TheHill

via IDPC

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Un centre d’accueil pour toxicomanes à Bruxelles fin 2018 (BX1)

La Région bruxelloise négocie en vue d’acquérir un bâtiment devant accueillir d’ici fin 2018 des toxicomanes, rapportent samedi les journaux Sudpresse. (suite…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

L’e-cigarette, un moyen aussi efficace que les autres pour arrêter de fumer selon une étude (La Libre)

La cigarette électronique est au moins aussi efficace pour arrêter de fumer que les autres moyens existants, tels que le traitement médical et les substituts de nicotine, ressort-il de la thèse de Brent Boermans, présentée à l’Université de Louvain (KU Leuven) en Sciences psychologiques.

(suite…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Why women who misuse drugs have different needs (Pharmaceutical Journal)

Désolé, cet article est seulement disponible en Anglais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Drug use and problems unique to women have received insufficient attention in research and there is also a lack of female scientists investigating the issue.

In 2016, two editorials published in leading journals The Lancet and Addiction highlighted how little is known about women and drugs. Not only did these editorials point to a blind spot in our collective knowledge, but they suggested that this deficit has been compounded by a lack of female scientists investigating the issue. Men dominate the science and editorial leadership of academic journals. There are a number of factors that have led to us having less knowledge about problematic drug use in women than in men.

Drug misuse is not a niche activity, with one-third of adults using an illicit drug at least once in their lifetime. Adding regulated drugs such as alcohol and tobacco raises population-level drug use further. However, there are distinct gender differences. In most national surveys of drug use, men tend to outnumber women by two to one. The British Crime Survey has found this ratio to be stable over time, recording this gender difference since 1996.

Read more : Why women who misuse drugs have different needs (Pharmaceutical Journal)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Gouvernement bruxellois: un plan global de sécurité pour la Région-capitale

Le gouvernement bruxellois a donné jeudi son feu vert au premier Plan régional Global de Sécurité et de Prévention de la Région-capitale (PGSP). Concrétisant le transfert de compétences de coordination de la sécurité à la Région bruxelloise devenue le pilier de la coordination entre les différents acteurs actifs dans ces matières sur son territoire, il fixe une dizaine de thèmes prioritaires et confirme la mise sur pied d’un centre de communication et de crise régional et la création d’une école régionale des métiers de la sécurité.

En matière de drogues, le plan entend favoriser une approche qui relève avant tout de la santé publique. « Afin de viser la complémentarité de tous les acteurs, la politique en la matière sera davantage globale et intégrée ; elle se focalisera d’une part sur les usagers et la demande par des programmes de prévention et, d’autre part, sur l’offre, le commerce, la production et la vente. »

Le plan entend renforcer la politique en matière de prévention et de réduction des risques.

Enfin, il annonce également la création d’un centre intégré à très bas seuil d’accès (sans condition, anonymat, gratuité des services, accueil 24h/24, 7j/7, accueil spécifique destiné aux femmes).

On ne trouve cependant toujours pas de mention explicite d’une salle de consommation à moindre risque alors que le gouvernement a annoncé son intérêt pour ce dispositif. Cela n’a pas échappé au groupe Ecolo qui a interpellé le Ministre-président Rudi Vervoort pour connaître les raisons de ce blocage…

Source : Gouvernement bruxellois: un plan global de sécurité pour la Région-capitale (RTBF)

Communiqué de presse annonçant le PGSP

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

En silence, l’hépatite C tue chaque année 300 personnes en Belgique. Inadmissible pour l’association des patients (La Libre)

Les années se suivent et les conférences de presse organisées à l’occasion de la journée mondiale contre l’hépatite se ressemblent… Inlassablement – à moins qu’elle ne soit au contraire lasse? -, Muriel Colinet, la présidente de l’association CHAC, Carrefour hépatites – aide et contact, ressasse son discours à l’adresse des politiques. « J’espère que cette conférence de presse sera la dernière, commence-t-elle. Cela fait 13 ans que nous lançons le même message. C’est Daniel, mon mari décédé il y a 8 ans, après avoir tenu 23 ans avec cette saloperie de virus, qui me donne le courage de continuer. Mais 300 morts par an en Belgique alors qu’il existe un traitement, c’est inadmissible« .

L’hépatite C touche près de 80% des usagers de drogues par voie intraveineuse. Seuls des programmes de réduction des risques associés aux dépistages et l’accès aux traitements permettront son éradication.

Lire la suite : En silence, l’hépatite C tue chaque année 300 personnes en Belgique. Inadmissible pour l’association des patients (La Libre)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Santé: les patients protestent contre les mesures d’austérité prises par Maggie de Block (Le Soir Plus)

Responsabilisation, augmentation de la contribution, déremboursement, les mesures de restriction se multiplient dans les soins de santé. Aujourd’hui, la ligue qui réunit toutes les associations de patients francophones met en garde contre l’effet à court mais aussi à long terme des mesures d’austérité. Un mot officiellement banni au gouvernement fédéral, mais qui se traduit pourtant concrètement. (…)

Les associations de patients regrettent que les mesures ne prennent pas suffisamment en considération leurs besoins dans leur globalité. La réalité concrète des patients chroniques, leur vécu et l’expérience des associations de patients sont trop souvent négligés. De plus, au niveau économique, les associations de patients déplorent que les récentes mesures font porter au patient les conséquences de la faible capacité de négociation du gouvernement vis-à-vis des compagnies d’assurances et des firmes pharmaceutiques. Les associations de patients souhaiteraient donc que le gouvernement adopte une posture ferme face aux firmes privées afin de défendre l’intérêt des patients.

Source : Santé: les patients protestent contre les mesures d’austérité prises par Maggie de Block (Le Soir Plus)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

The EU Adopts Its Most Progressive Drug Action Plan Ever (Drugreporter)

Désolé, cet article est seulement disponible en Anglais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Although it was without much fanfare that the European Commission, in July 2017, published the new Action Plan on Drugs (2017-2020), the drug policy community should celebrate it as a great achievement both for its progressive content and for the meaningful involvement of civil society in its preparation.

Source : The EU Adopts Its Most Progressive Drug Action Plan Ever  (Drugreporter)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Le monde est-il vraiment plus sûr maintenant que les autorités ont fait fermer les Amazon de la drogue ? (Libération.fr)

C’est une fracassante annonce qu’ont fait les autorités américaines et européennes jeudi: les plateformes Alphabay et Hansa, deux des trois plus gros supermarchés illégaux du darknet, ont été fermés coup sur coup. (suite…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

La criminalisation de l’usage de drogue sape l’effort de prévention du VIH dans le monde

Une revue systématique de la littérature parue dans le Lancet HIV met en évidence et avec force, à travers 106 études passées en examen, les effets négatifs de la criminalisation des drogues sur la prévention du VIH et son traitement. Quasi unanimement dénoncée comme contreproductive et dommageable pour 85 études d’entre elles, la criminalisation de l’usage de drogues définie par plusieurs indicateurs clé, y apparaît au contraire comme un facteur aggravant, en particulier chez les usagers de drogues par voie intraveineuse. De quoi inspirer les législateurs et la communauté internationale, soucieux de faire reculer l’épidémie de sida dans le monde. (suite…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Tabac : des documents internes révèlent la stratégie de Philip Morris

Philip Morris International (PMI) ne mourra pas sans combattre. Le géant de l’industrie du tabac lutte pour contrecarrer les mesures prises au niveau international par les différentes institutions qui tentent de faire baisser la consommation. Et pour y parvenir, elle dispose d’une armée de lobbyistes, qui n’hésitent pas à s’immiscer dans des débats où il ne sont pas les bienvenus.

C’est ce que révèle l’agence Reuters, en publiant des milliers de documents internes à la compagnie. Ils exposent les méthodes de PMI pour empêcher l’application du paquet neutre, déjà en place en Australie, en France et au Royaume-Uni, ou encore pour assouplir les résolutions de la convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte anti-tabac (FCTC). Un traité comparé dans une présentation PowerPoint de PMI, datant de 2014, comme un « train fou de régulations » pilotées par « des extrémistes anti-tabac ».

Source : Tabac : des documents internes révèlent la stratégie de Philip Morris (pourquoidocteur.fr)

Inside Philip Morris’ campaign to subvert the global anti-smoking treaty (Reuters)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Doit-on s’inquiéter de la légalisation du cannabis? (Le Devoir)

[Canada] Depuis que le gouvernement Trudeau a annoncé son intention d’aller de l’avant avec le projet de légalisation du cannabis, nous avons eu droit à plusieurs discours alarmistes, la grande majorité de ceux-ci se souciant principalement de la santé des jeunes.

Pourtant, normaliser l’existence sociale de ce produit par un encadrement législatif et réglementaire n’aura pas pour effet de le faire exister plus qu’il existe déjà. La légalisation le fera simplement exister en pleine lumière plutôt que de le laisser se déployer dans l’ombre. (…)

Socialiser ce produit, c’est se donner les moyens de limiter les problèmes qu’il pourrait engendrer en définissant son mode d’emploi sécuritaire, comme c’est le cas pour l’alcool.

En normalisant l’existence du cannabis dans notre société, nous créerons simplement les conditions de possibilité pour qu’un dialogue social sur l’usage de cette substance ait lieu. L’interdit engendre des non-dits, des secrets et des craintes liées à la peur d’être jugé et à la stigmatisation. Le lever rendra possible le partage des savoirs tacites développés par les utilisateurs au fil du temps par rapport à un usage responsable et intelligent.

(…)

La légalisation nous force à répondre aux questions qui demeuraient sans réponse avec la prohibition. Comme il y aura nécessairement des profits qui seront générés par ce commerce, utilisons-les pour financer des recherches qui combleront les lacunes de notre connaissance afin de prendre en charge le plus intelligemment possible ce produit psychotrope. Cela est certainement plus exigeant que la voie d’évitement qu’était la prohibition, mais cela est aussi infiniment plus responsable que de refuser d’affronter la réalité en face.

Source : Doit-on s’inquiéter de la légalisation du cannabis? (Le Devoir)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email