Cette rubrique épingle des articles à lire ailleurs : il s’agit de notre revue de presse / revue de web.
Pour consultez les archives de cette rubrique, visitez notre ancienne page Scoop.it.

Toxicomanes dans une banque ING: «Ça démontre la nécessité d’une salle de consommation», dit Willy Demeyer(sudinfo.be)

Les photos de toxicomanes en train de se piquer dans le sas de la banque ING d’Outremeuse, démontrent, si besoin en était, « la nécessité d’une salle de consommation à Liège », estime le bourgmestre de la Cité ardente, Willy Demeyer.

Willy Demeyer, le bourgmestre de Liège, plaide depuis plusieurs années déjà pour la création d’une salle de consommation à moindre risque (un local d’injection destiné aux héroïnomanes NDLR) en Cité ardente. Mais il se heurte à la législation actuelle, qui n’autorise toujours pas la création d’une telle structure dans notre pays. «  Alors qu’il en existe actuellement 90 dans 64 villes de 7 pays européens  », précise-t-on au cabinet du bourgmestre. Les photos publiées ce lundi sur les réseaux sociaux par l’élu MR Fabrice Drèze, montrant des toxicomanes en train de se piquer dans la banque ING d’Outremeuse, ne font toutefois que renforcer la détermination du bourgmestre liégeois : «  Ces sas de banques sont utilisés comme des salles de consommation informelles, estime-t-il. Ça démontre donc la nécessité d’une telle structure à Liège.  »

Source : Toxicomanes dans une banque ING: «Ça démontre la nécessité d’une salle de consommation», dit Willy Demeyer  (sudinfo.be)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Toxicomanie : Demeyer réclame l’appui du fédéral et de la Région (RTC Télé Liège)

Le bourgmestre de Liège n’est pas passé à côté du reportage sur les ravages de la drogue à Liège publié dans la « Libre Belgique » cette semaine. On pouvait notamment y lire que Liège est parfois affublé du surnom de “Tox City”, tant la toxicomanie y est particulièrement visible.

La problématique existe depuis de nombreuses années et la Ville a déjà tenté plusieurs expériences comme Tadam, un projet de distribution d’héroïne médicalisée mené de 2011 à 2013. Cependant, Liège n’a pas encore trouvé d’action durable.

A côté de cela, Willy Demeyer a tenté des démarches auprès du Sénat ou de la Région wallonne pour demander par exemple la création d’une salle de consommation mais cela n’a pas été accepté. Aujourd’hui, il envisage de nouvelles concertations pour aboutir des solutions afin de lutter contre la toxicomanie de rue et le fléau en général.

Source : Toxicomanie : Demeyer réclame l’appui du fédéral et de la Région (RTC Télé Liège)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Pourquoi retarder l’initiation au tabagisme est capital (The Conversation)

L’initiation précoce au tabagisme représente un souci majeur en santé publique. Elle prédit en effet une plus forte dépendance et une plus faible capacité à cesser de fumer. Les sujets ayant commencé à fumer avant l’âge de 16 ans ont une probabilité deux fois plus élevée que ceux qui ont commencé à fumer après cet âge de demeurer fumeur à l’âge de 60 ans. (…)

En prenant en compte simultanément ces différents critères, les conduites addictives associées au tabagisme restent toutes significatives dans l’analyse (modèle de régression logistique). Ainsi, la consommation précoce de tabac est associée à :

  • une consommation de plus de 10 cigarettes par jour (risque augmenté de 55 %)
  • une consommation précoce de cannabis (risque multiplié par 4)
  • une expérimentation d’autres drogues illicites que le cannabis (risque augmenté de 31 %)
  • une consommation précoce d’alcool (risque multiplié par 3)
  • des ivresses précoces (risque augmenté de 43 %).

Source : Pourquoi retarder l’initiation au tabagisme est capital (The Conversation)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

The Evidence Is Overwhelming: Cannabis Is an Exit Drug for Major Addictions, Not a Gateway to New Ones (Alternet)

Désolé, cet article est seulement disponible en Anglais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

People dependent on cocaine, opioids and other prescription drugs could ease out of their addictions with cannabis. It is time for politicians to put to rest the myth that cannabis is a gateway to the use of other controlled substances — a theory that is neither supported by modern science or empirical data.

Source : The Evidence Is Overwhelming: Cannabis Is an Exit Drug for Major Addictions, Not a Gateway to New Ones  (Alternet)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Drogues en prison: un suivi inégal (Alter Echos)

L’accompagnement et l’orientation des détenus toxicomanes ne sont pas similaires d’une prison à l’autre. Pendant quelques années, le SPF Justice a tenté d’assurer plus de cohérence, avant d’arrêter le financement des projets en 2016, et de renforcer, au final, la désorganisation.

Il n’existe actuellement pas d’offre cohérente ni de qualité identique des prestations d’aide aux usagers incarcérés dans les prisons belges. Pourtant, environ deux tiers des détenus indiquent avoir consommé des substances illégales….

Source : Drogues en prison: un suivi inégal (Alter Echos) (accès réservé aux abonnés)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Comment naissent les problèmes sociaux ? (CBCS)

Sortir les SDF de la rue, empêcher la consommation de stupéfiants, contrôler l’obésité, éviter la violence conjugale, remédier au décrochage scolaire, … autant d’expressions de la volonté publique, autant de problèmes sociaux auxquels il semble évident de proposer des réponses.

Source : Comment naissent les problèmes sociaux ? (CBCS)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

La panne du modèle anti-tabac australien fait le bonheur de la mafia (1) (Vapolitique)

Alors que les britanniques se sont ouverts à l’intégration de l’approche de la réduction des méfaits depuis cinq ans, l’Australie reste sur une ligne puritaine d’harcèlement des fumeurs. Cette approche unilatérale n’est-elle pas en train de devenir contre-productive? L’essor du marché noir semble en train de créer une offre de tabac hors de tout contrôle des autorités. Ouvrant une logique de gonflement à l’infini des budgets policiers que l’on connait déjà pour d’autres substances, telles que le cannabis.

Source : La panne du modèle anti-tabac australien fait le bonheur de la mafia (1) (Vapolitique)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Portugal’s radical drugs policy is working. Why hasn’t the world copied it? (The Guardian)

Désolé, cet article est seulement disponible en Anglais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

In 2001 Portugal became the first country to decriminalise the possession and consumption of all illicit substances. Rather than being arrested, those caught with a personal supply might be given a warning, a small fine, or told to appear before a local commission – a doctor, a lawyer and a social worker – about treatment, harm reduction, and the support services that were available to them.

The opioid crisis soon stabilised, and the ensuing years saw dramatic drops in problematic drug use, HIV and hepatitis infection rates, overdose deaths, drug-related crime and incarceration rates. HIV infection plummeted from an all-time high in 2000 of 104.2 new cases per million to 4.2 cases per million in 2015. The data behind these changes has been studied and cited as evidence by harm-reduction movements around the globe. It’s misleading, however, to credit these positive results entirely to a change in law.

Portugal’s remarkable recovery, and the fact that it has held steady through several changes in government – including conservative leaders who would have preferred to return to the US-style war on drugs – could not have happened without an enormous cultural shift, and a change in how the country viewed drugs, addiction – and itself. In many ways, the law was merely a reflection of transformations that were already happening in clinics, in pharmacies and around kitchen tables across the country. The official policy of decriminalisation made it far easier for a broad range of services (health, psychiatry, employment, housing etc) that had been struggling to pool their resources and expertise, to work together more effectively to serve their communities.

Source / read more : Portugal’s radical drugs policy is working. Why hasn’t the world copied it? (The Guardian)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

VIH et injection: quelle est la tendance actuelle? (Eurotox asbl)

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA, Eurotox fait le point sur l’infection au VIH chez les usagers de drogues par injection en Belgique. (suite…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

« Salle de shoot » à Strasbourg : un an après, un bilan « exemplaire »  (Sciencesetavenir.fr)

1 an après son ouverture le 7 novembre 2016, la salle de consommation de drogue à moindre risque (SCMR) de Strasbourg présente un bilan « tout à fait exemplaire » et constitue une « réussite en termes de tranquillité publique« , s’est félicité vendredi 1er décembre 2017 son comité de pilotage. La première SCMR a ouvert en 1986 en Suisse. En France, les  » salles de shoot  » ont été rendues possible par la loi santé adoptée en décembre 2015. L’expérimentation doit durer six ans et pourrait voir d’autres villes s’intégrer au projet. Il existe aujourd’hui près d’une centaine de salles dans le monde.

Source / lire la suite : « Salle de shoot » à Strasbourg : un an après, un bilan « exemplaire » (Sciencesetavenir.fr)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Tournée Minérale : les participants ont réduit durablement leur consommation d’alcool

Bruxelles, 5 décembre 2017 – Tournée Minérale a rencontré un succès phénoménal début 2017. Plus de 120.000 Belges y ont participé, et n’ont donc pas bu une goutte d’alcool durant tout le mois de février. Une enquête a été menée par l’UGent à la suite de l’action. Elle a montré un changement durable dans les habitudes de consommation des participants, même 6 mois après la fin de Tournée Minérale.

C’est donc avec un enthousiasme renouvelé que la Fondation contre le Cancer et VAD/De Druglijn ont décidé d’organiser la seconde édition de Tournée Minérale en février 2018. Pour appuyer cette campagne, le site internet a été entièrement repensé, et des nouveautés sont proposées comme la possibilité de lancer un défi à ses amis.

www.tourneeminerale.be (suite…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

«L’interdiction des drogues crée plus de problèmes qu’elle n’en résout» (swissinfo.ch)

Zurich arrive aux côtés de Londres et d’Anvers en tête du peloton des villes européennes où la consommation de cocaïne est la plus élevée. Sur les bords de la Limmat, la fée blanche ferait partie du quotidien de quelque 2000 personnes, selon des estimations. C’est pourquoi les spécialistes et certains politiciens demandent une nouvelle approche dans la politique de la drogue et en particulier la décriminalisation des drogues dures. La droite conservatrice se dit choquée.

Source / lire la suite : «L’interdiction des drogues crée plus de problèmes qu’elle n’en résout» (swissinfo.ch)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email