Cette rubrique épingle des articles à lire ailleurs : il s’agit de notre revue de presse / revue de web.
Pour consultez les archives de cette rubrique, visitez notre ancienne page Scoop.it.

En Belgique, les mafias tentent d’infiltrer l’économie et de corrompre. Entretien avec le patron de la police judiciaire (RTBF)

Comme un rappel de la présence de ces réseaux mafieux sur le territoire belge, mi-septembre, trois personnes ont été arrêtées en Belgique et quatre en Italie, lors d’une opération coordonnée par l’unité antimafia de Palerme et le bureau du procureur de Liège. L’enquête fait suite à des assassinats et tentatives d’assassinats. Par ailleurs, on ne compte plus les saisies, les arrestations ou les violences liées au trafic international de drogue, dont la ‘Ndrangheta est une des têtes de pont.

(…)

Les activités criminelles génèrent des profits colossaux pour les truands. En Belgique, les profits issus du trafic de drogue sont difficiles à estimer mais ils se compteraient en milliards d’euros pour une seule année. L’Etat perd également plusieurs dizaines de milliards en fraude fiscale et sociale

Lire l’article / source : En Belgique, les mafias tentent d’infiltrer l’économie et de corrompre. Entretien avec le patron de la police judiciaire (RTBF)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Coupons l’herbe sous le pied du trafic en légalisant et en organisant la distribution contrôlée de stupéfiants (La Libre)

Stéphane Roberti, bourgmestre de Forest (Ecolo) signe une carte blanche, publiée dans La Libre du 27 octobre 2020, dans laquelle il défend la création d’un marché légal et contrôlé de stupéfiants. (suite…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Montre-moi ton intestin, je te dirai comment arrêter de boire (RTBF)

L’UCLouvain vient de découvrir une nouvelle piste pour traiter l’alcoolisme : elle passe par le microbiote intestinal. Cet écosystème composé de centaines de milliards de bactéries qui colonisent notre intestin joue un rôle dans le développement des symptômes émotionnels et cognitifs qui caractérisent l’addiction à l’alcool. C’est ce qu’une équipe de l’UCLouvain (la chercheuse Sophie Leclercq et les professeurs Philippe de Timary et Nathalie Delzenne) a découvert et vient de publier dans la revue américaine Cell reports.

Lire la suite / source : Montre-moi ton intestin, je te dirai comment arrêter de boire (RTBF, 15/10/2020)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Dune ASBL : pour une approche inclusive des usages de drogues (Guide Social)

DUNE asbl n’est pas qu’un service pour la toxicomanie. Leur philosophie ? Réduire les risques dans une approche holistique de l’individu. Si la santé des personnes précarisées consommatrices est importante dans les actions menées, l’émancipation et l’estime de soi sont tout aussi centrales. Le Guide Social est allé à la rencontre de cette association. Reportage. (suite…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Drugsoverlast Bart De Wever (N-VA) over legalisering drugs: ‘Een optie die men onder ogen moet durven zien’ (De Morgen)

Désolé, cet article est seulement disponible en Néerlandais.

De Wever lijkt weliswaar vooral een theoretische denkoefening te maken, maar benadrukt in het boek toch: “Het is een optie die men onder ogen moet durven zien. De strijd tegen alcohol en nicotine is ook opgegeven. De producten zijn gelegaliseerd. Ik vind het idee dat we zoiets met andere roesmiddelen nog een keer zouden doen afschuwelijk. Maar het is natuurlijk wel een oplossing. Dat kan ik niet ontkennen.”

(…)

Lees meer / Bron : Drugsoverlast Bart De Wever (N-VA) over legalisering drugs: ‘Een optie die men onder ogen moet durven zien’ (De Morgen, 10/10/2020)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Le chantier de Brussels Takes Care a démarré (e-Mag Bxl santé)

Les travaux qui doivent conduire à la rédaction de Brussels Takes Care, le futur Plan Social-Santé Intégré (PPSI) ont repris à la rentrée 2020-2021. Initialement prévu pour la fin de l’année, le PSSI, comme bien d’autres projets, a également vu son agenda bouleversé par l’épidémie du Covid-19. Dès septembre, les professionnels et les citoyens sont invités à participer et à co-construire le futur plan. (…)

L’idée est d’articuler les trois plans social-santé existants qui sont le Programme d’actions de lutte contre la pauvreté, le Plan Santé Bruxellois (COCOM) et le Plan stratégique de promotion de la santé (COCOF). (…)

Lire l’article : Le chantier de Brussels Takes Care a démarré (e-Mag Bxl santé)

En savoir plus : www.brusselstakescare.be

Participer à l’enquête citoyenne

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Faut-il enfermer les mères toxicomanes pour protéger l’enfant à naître ?

L’enfer est pavé de bonnes intentions. Parmi celles-ci, le projet de loi permettant l’hospitalisation forcée ou la mise sous tutelle d’une femme toxicomane enceinte dans le but de protéger son enfant. Une opinion de Pierre Fossion et de Christophe Leys, respectivement professeur à la Faculté des sciences de la motricité (ULB), psychiatre, chef de service psychiatrie du CHU Saint-Pierre, et professeur à la Faculté des sciences psychologiques et de l’éducation (ULB), psychologue social et clinicien. Cette opinion est également signée par d’autres professionnels de la santé. (suite…)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Drogues: des bénévoles vont scruter le Web pour contrer la désinformation (Le Soir)

La prévention des risques au sujet drogues à l’entrée des boîtes de nuit, en festival… on connaît ! Et depuis longtemps. Mais quelles réponses pour ces jeunes qui posent leurs questions sur les forums internet, comme on jetterait une bouteille à la mer ? Singulièrement depuis la fermeture ou la diminution des événements festifs avec la pandémie de coronavirus.

C’est pour assurer la continuité de la prévention au niveau de la Toile que se lance un programme novateur, appelé « Party » (Preventive actions and risk reduction towards young people). Une initiative soutenue par l’Union européenne au travers du programme Interreg de coopération territoriale France-Wallonie-Flandre.

(…)

A terme, le projet Party vise à recruter 35 bénévoles. Avis aux amateurs, intéressés par la prévention des risques, proches du milieu festif. Côté wallon, la formation des cinq premiers postulants doit débuter ce week-end.

Lire la suite / source : Drogues: des bénévoles vont scruter le Web pour contrer la désinformation (Le Soir)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Confinement en Belgique : près de 55 000 vapoteurs auraient été repoussés dans le tabagisme (Vapolitique)

Près de 14 % des vapoteurs exclusifs belges interrogés déclarent être retombés dans le tabagisme durant le confinement lié à la Covid-19. C’est l’un des résultats de l’enquête dirigée par la Pr Karolien Adriaens, de l’Université de Louvain.

(…)

Les mesures de confinement en Belgique se sont étendues du 18 mars au 10 mai, période durant laquelle les magasins de vape avaient l’interdiction d’ouvrir tandis que l’interdiction de vente à distance a été maintenue. En revanche, les cigarettes se trouvaient facilement dans les magasins d’alimentation et les kiosques à journaux. Parmi le panel de plus de 200 personnes interrogées, les « principales raisons de changement de comportement lié au vapotage ou au tabagisme ont été l’indisponibilité d’e-liquide avec nicotine, l’indisponibilité de matériel et le stress et les inquiétudes concernant l’épisode de COVID-19 », soulignent les chercheurs Karolien Adriaens, Dinska Van Gucht, Sven Van Lommel et Frank Baeyens.

(…)

L’étude dirigée par la Dre Adriaens conclut sur un appel à la raison. « Il est essentiel de repenser les effets secondaires potentiels de la fermeture des boutiques de vapotage alors qu’il existe également une interdiction de la vente en ligne. Les fumeurs et les vapoteurs devraient avoir la possibilité d’acheter des alternatives à risque réduit, même pendant un confinement. Bloquer cette opportunité peut entraîner une augmentation de la prévalence du tabagisme ».

Lire la suite / source : Confinement en Belgique : près de 55 000 vapoteurs auraient été repoussés dans le tabagisme (Vapolitique)

Accès au preprint de l’étude  de la KUL : Vaping during the Covid-19 lockdown period in Belgium

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

La consommation de drogue a baissé durant la crise du coronavirus (Le Soir / Sciensano)

La consommation de drogue a sensiblement baissé à partir du 13 mars, même si toutes les substances sont restées disponibles sur le marché lors de la crise du coronavirus, indique l’Institut national de santé publique Sciensano jeudi, suite à une enquête en ligne réalisée par son unité des drogues illégales.

L’enquête, menée auprès de 5.764 personnes de plus de 18 ans, résidant en Belgique et ayant consommé de la drogue en 2020, montre que le Covid-19 a eu une incidence sur leur consommation. Dix drogues étaient mentionnées dans le sondage : l’alcool, le cannabis, la cocaïne, l’amphétamine, la méthamphétamine, l’ecstasy/MDMA, le LSD, le GHB et l’héroïne. La consommation de celles-ci a globalement chuté après le 13 mars.

(…)

Malgré une baisse du nombre de ventes, toutes les drogues sont restées disponibles sur le marché. Le dealer est resté le principal fournisseur, alors qu’une toute petite minorité des personnes interrogées a mentionné avoir acheté des produits sur Internet.

Lire l’article / source : La consommation de drogue a baissé durant la crise du coronavirus (Le Soir / Sciensano)

Publication de Sciensano : Quel effet la crise du corona a-t-elle sur la consommation et le marché de la drogue en Belgique ?

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Le Covid-19, une opportunité pour réformer la politique des drogues (Libération)

La pandémie a amorcé un mouvement de réformes sur la réduction des risques et l’accompagnement des consommateurs de produits psychoactifs. Il serait temps aujourd’hui de les pérenniser et de les généraliser à l’échelle internationale.

(…)

Plus que jamais cette année, ce slogan s’avère d’actualité au regard des effets induits par le Covid-19. En effet, la pandémie a conduit certains Etats à infléchir leur approche répressive des drogues et, mieux encore, en a incité d’autres à innover dans leurs méthodes de réduction des risques et d’accompagnement des consommateurs·rices de produits psychoactifs. Des effets inattendus mais extrêmement bienvenus qu’il faudrait non seulement pérenniser mais également généraliser à l’échelle internationale.

La première action à saluer est la libération de près de 100 000 détenus dans le monde, dont une large partie consomme de la drogue ou est accusée d’infractions mineures liées à la consommation de drogues. Certes, ces libérations ont été décidées pour limiter la propagation du Covid-19 dans les prisons en raison des conditions sanitaires peu fiables qui y règnent. Néanmoins, elles illustrent le paradoxe de la répression exercée contre les usager·e·s de drogues. On ne soigne pas une addiction avec une peine de prison. Au contraire, on l’aggrave d’autant que l’accompagnement de ces personnes n’est quasiment jamais assuré en milieu carcéral.

Deuxième action de taille : la mise à l’abri des personnes sans domicile fixe dont des usager·e·s de drogues. En France, en Allemagne ou en Grèce, par exemple, elles ont été relogées dans des hôtels. Or, cela constitue une étape majeure dans l’accompagnement des personnes consommatrices de produits psychoactifs et sans domicile fixe. La garantie des moyens de subsistance (logement sûr, revenu minimum etc.) est en effet un préalable à la prise en charge des addictions.

(…)

Repenser les politiques des drogues est aujourd’hui une nécessité absolue pour notre santé et notre bien vivre ensemble. Mais cela ne pourra se faire qu’en accordant une priorité aux besoins des consommateurs·rices de produits psychoactifs, en respectant leurs droits fondamentaux et en les impliquant systématiquement dans l’élaboration des stratégies et des programmes de santé dont ils sont les bénéficiaires.

(…)

Lire la carte blanche / source : Le Covid-19, une opportunité pour réformer la politique des drogues (Libération, 24/06/2020)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email