Un plan XXL pour lutter contre la criminalité organisée liée à la drogue en Belgique

Le Premier ministre et les ministres des Finances, de la Santé publique, de la Justice et de l’Intérieur ont rassemblé les bourgmestres de 14 villes centrales du pays pour leur faire part des différentes mesures décidées par le gouvernement fédéral pour continuer à faire face à la montée de la criminalité organisée en Belgique, notamment liée à la drogue. « Nous devons faire front ensemble », résume le Premier ministre Alexander De Croo, « Nous investissons davantage de ressources et donnons plus de pouvoirs aux autorités locales. Une bonne coopération est également la clé. »

Au menu de cette réunion à laquelle ont assisté les bourgmestres d’Anvers, Bruges, Bruxelles, Charleroi, Gand, Hasselt, Ixelles, Liège, Louvain, Molenbeek, Mons, Namur, Schaerbeek et Uccle ainsi que le procureur général de Bruxelles, le procureur fédéral et des représentants de la Police fédérale et des douanes : des moyens et du personnel supplémentaires pour la police, la douane, les services judiciaires. Une meilleure centralisation et un meilleur partage des informations. Plus de responsabilités pour les pouvoirs locaux. Un plan de prévention clair.

(…)

Le « Stroomplan XXL » comporte désormais un volet « Santé, » absent du précédent « Stroomplan » élaboré sous la Suédoise. Au rang des mesures notables ayant fait l’objet d’un accord, ce volet prévoit notamment, comme le confirme le cabinet du ministre Vandenbroucke, une adaptation de la loi sur les Drogues de 1921 (charpente centenaire de la prohibition des drogues en Belgique), et ce « afin d’éviter tout risque juridique dans le cadre de la loi Drogues de 1921 pour les dispensateurs d’aide et les dispensateurs de soins qui travaillent dans des endroits où l’utilisation de drogues est autorisée ».

(…)

« Plus que jamais, la lutte contre le crime organisé est collective », se targuait Alexander De Croo, visiblement décidé à jouer le chef d’orchestre sur la problématique, à la fin de la rencontre. «  C’est sur cette base que nous voulons renforcer la concertation entre les différents niveaux de suivi et encore mieux valoriser l’approche pluridisciplinaire des services fédéraux. »

Présent à la réunion, le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer (PS), semble pour sa part convaincu. « Un groupe de travail va désormais se réunir deux fois par ans pour évoquer ces questions, Avec des groupes techniques qui se réuniront dans l’intervalle, cela fera au final 5 ou 6 réunions par an pour discuter de cette problématique. (…)

Sources :

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*