Addiction au jeu : Seule une minorité de joueurs compulsifs se fait aider (SantéLog)

C’est une addiction dont on parle moins et pourtant qui peut être nocive pour la santé et le bien-être général des personnes qui jouent mais aussi de leur proches et pour la société. Ainsi, le jeu devrait être mieux reconnu comme un problème de santé publique avec des stratégies de prévention et de prise en charge « des dommages » chez les personnes dépendantes « à tous les niveaux du spectre de risque de jeu ». Cette revue systématique et méta-analyse de la littérature existante sur le sujet, menée à l’Université d’Auckland (Nouvelle Zélande) et publiée dans la revue Addiction, sensibilise à la prévalence élevée de cette addiction contre laquelle on va encore trop peu rechercher une aide professionnelle.

(…)

Lire l’article /source : ADDICTION au JEU : Seule une minorité de joueurs compulsifs se fait aider (SantéLog)

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email