Drogues et festivals: perception des stratégies de prévention, de réduction des risques, de soin et de répression (POPHARS)

Le Belspo a récemment publié les résultats de l’étude « POPHARS » qui vise à étudier la perception des stratégies de prévention, de réduction des risques, de soin et de répression en festival. Le projet POPHARS s’est déroulé de mars 2019 à septembre 2021 en collaboration entre l’Université de Gand, Hogeschool Gent et Modus Vivendi.

Contexte

Comparés à leurs pairs (non-festivaliers), les festivaliers consomment plus souvent des drogues illicites, du tabac et de l’alcool. Par ailleurs, l’apparition d’un nouvel usage de drogues est un phénomène habituel chez les festivaliers. En conséquence, des services de soins de santé sur les sites des festivals sont nécessaires pour traiter divers risques liés aux drogues, tels que maladies, blessures, intoxications et problèmes de santé mentale, avec des taux d’incidence plus élevés que lors d’autres types de rassemblements de masse. Pour faire face à cette consommation de substances durant les festivals, un large éventail de stratégies de prévention, de réduction des risques, de soins et de répression est généralement mis en œuvre. Cependant, la consommation de substances et les problèmes qui y sont associés varient fortement d’un festival à l’autre, ce qui complique la mise en place de ces différents dispositifs. Par ailleurs, les types de substances associées évoluent également, en lien avec l’émergence constante de nouvelles drogues – en particulier des produits de synthèse (cf. NPS).

Les stratégies visant à réduire les risques liés à la consommation de substances psychoactives ne se sont pas toujours révélées efficaces. Le maintien de l’ordre au nouveau local (e.g., les patrouilles de police, les brigades anti-émeute, les chiens détecteurs de drogues), par exemple, s’est avérée insuffisante pour dissuader la délinquance liée à la drogue dans les festivals de musique. En outre, ce type d’intervention encourage certains effets pervers, tels que l’achat de drogues par les consommateurs sur le site du festival (site principal et / ou site de camping) plutôt que de les apporter au festival eux-mêmes, ce qui accroît les possibilités de vente. Durant la dernière décennie, les stratégies de prévention par les pairs (telles que Safe ‘n Sound, Modus Fiesta) ont été utilisées plus fréquemment, principalement dans le but de prévenir et de réduire les consommations excessives et néfastes. Cependant, il reste encore à étudier comment ce type d’intervention est perçu et s’il obtient les effets attendus.

Objectifs et méthodes

Il s’agit de mieux comprendre la façon dont les festivaliers et les acteurs de la scène festivalière perçoivent les interventions en matière de drogue mises en œuvre dans les festivals de musique – y compris leur perception de la consommation de substances (normes). L’étude se focalise sur les festivals de musique en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie.

Le premier volet de cette étude porte sur les perceptions des stratégies de prévention, de réduction des risques, de soin et de maintien de l’ordre ainsi que sur les perceptions de la consommation de substances (normes) par les festivaliers. Grâce à une procédure innovante en temps réel (méthode d’échantillonnage de l’expérience), les festivaliers seront interrogés sur ces aspects. Des entretiens individuels approfondis seront ensuite réalisés pour cerner de manière plus précise les réponses des participants. Des observations seront également effectuées sur les sites des festivals pour déterminer si les perceptions des festivaliers quant aux interventions en matière de drogue correspondent aux mesures réellement mises en œuvre dans les festivals ciblés.

Le second volet porte sur le même sujet au travers du regard des différents intervenants en festival en matière de prévention, de réduction des risques, de soins et de maintien de l’ordre. D’autres acteurs de la scène festivalière ayant un contact direct avec les festivaliers tels que les organisateurs de festival, les videurs, le personnel de bar et de toilette, seront intégrés dans ce volet. Sur base des résultats de cette recherche, des conclusions et des recommandations seront formulées.

Recommandations

  • Implémenter une politique drogues intégrée et équilibrée en festival, i.e., une politique qui traite les quatre piliers que sont la prévention, la réduction des risques, le traitement et la répression sur un pied d’égalité.
  • Mettre en place un comité de coordination pour chaque festival permettant une forte implication des organisateur·rices de festival.
  • Clarifier le cadre légal afin d’implémenter et d’améliorer les interventions liées aux drogues.
  • Organiser des formations sur comment gérer le mésusage de drogues en festival.
  • Évaluer les interventions liées aux drogues.

Drogues en festival : Perceptions des stratégies de prévention, de réduction des risques, de traitement et de maintien de l’ordre (POPHARS),  Hauspie, Bert – Van Dyck, Edith – Piolat, Jeremie … et al.  Bruxelles : Politique scientifique fédérale, 2021 (SP3082) µ

Résumé (en français)

Rapport final (en anglais)

Fiche Fedra

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*