« Je crois que les politiques ne se rendent pas compte d’une partie de la réalité »: les services sociaux traversent la crise sur un fil près de lâcher (La Libre / RTBF)

Ysaline Vranckx (26 ans) est assistante sociale à Babel qui fait partie de l’ASBL L’Équipe, réseau de psychiatrie sociale à Bruxelles. “Il y a des gens qu’on a perdus. Imaginez ce qu’on peut ressentir… Les travailleurs sociaux sont découragés, impuissants. Il y a aussi beaucoup de colère et de révolte », explique-t-elle.

« On est assez découragés et impuissants. Il y a aussi beaucoup de colère et de révolte chez les travailleurs psychosociaux, parce que, depuis un an, un pan entier de la population – les plus précarisés – est complètement occulté. Les politiques n’en parlent pas. Nulle part ! Notre public est négligé, mais nous aussi. » C’est un véritable appel de détresse que lance aujourd’hui Ysaline Vranckx, assistante sociale à Babel, un service de consultations et de permanences qui accompagne, à Bruxelles, des personnes avec des difficultés psychiques en lien avec la consommation de produits.

La jeune femme dresse une série de constats alarmants sur le travail social en temps de pandémie. S’il n’était déjà pas évident de décrocher l’accès aux droits sociaux (« le cœur de notre travail ») avant l’arrivée du Covid-19, la crise sanitaire a rendu les interventions encore plus lourdes, plus fastidieuses, plus chronophages. Sans garantie de résultat.

(…)

Lire l’interview : « Je crois que les politiques ne se rendent pas compte d’une partie de la réalité »: les services sociaux traversent la crise sur un fil près de lâcher (La Libre, 22/04/2021)

Écouter également le témoignage d’Ysaline Vranckx dans Matin Première : L’accès aux droits sociaux est très compliqué pour les publics défavorisés : « C’est révoltant » (à partir de 3’24) (RTBF, 22/04/2021)

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email