Avis 9526 du Conseil supérieur de la santé sur les troubles relatifs aux jeux vidéo

Le Conseil supérieur de la santé de Belgique vient de publier des recommandations sur les troubles relatifs aux jeux vidéo.

Résumé

Les jeux vidéo sont populaires, surtout auprès des adolescents et jeunes adultes, mais aussi auprès des adultes plus âgés. Ils sont de plus en plus accessibles et diversifiés, et évoluent rapidement. S’ils ne posent peu ou pas de problème pour la plupart des joueurs, ils comportent néanmoins des risques, notamment celui de dépendance. Environ 3 % des joueurs vont perdre le contrôle sur leur comportement de jeu, malgré les conséquences négatives sur eux-mêmes ou sur leur entourage. Le CSS approuve la définition du trouble du jeu vidéo de la 11e révision de la Classification Internationale des Maladies (CIM), comme une perte de contrôle qui entraîne une altération non négligeable des activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles ou d’autres domaines importants du fonctionnement, sur une période d’au moins 12 mois. Des recherches ultérieures pourraient nuancer cette définition à l’avenir.

Les troubles liés aux jeux nécessitent une approche bio-psycho-sociale car ils sont influencés par plusieurs facteurs liés au joueur (variables démographiques, personnalité, problèmes psychosociaux, motivations à jouer…) au jeu (jeux en ligne, multi-joueurs, de compétition, interactifs…) ou à l’environnement (intégration sociale notamment), et aux interactions entre ces facteurs. L’approche doit se faire au sein d’un continuum qui va de la prévention à l’intervention en passant par l’intervention précoce. Le CSS recommande de se concentrer sur la prévention sélective et l’intervention précoce.

Les parents sont un partenaire très important tout au long de ce continuum. Ils doivent, dès que possible, être sensibilisés et soutenus pour mieux comprendre le jeu, pouvoir en parler, établir des accords clairs et mettre des limites au jeu de leur enfant si nécessaire. Pour la prévention, il faut avant tout travailler sur les facteurs de risque et de protection environnementaux et personnels.

Pour la détection et l’intervention précoce, il est important que les professionnels en contact avec les jeunes (enseignants, centres PMS, soins de première ligne …) apprennent à reconnaître les signes d’un comportement potentiellement à risque. Il faut pour cela les sensibiliser, promouvoir leur expertise et mettre des outils adéquats (de screening) à leur disposition.

La prise en charge doit quant à elle être accessible et sur mesure. Elle doit tenir compte de l’environnement de la personne et de ses motivations à jouer. Il est pour le moment recommandé d’utiliser la thérapie familiale, les entretiens motivationnels et la thérapie cognitivo-comportementale, à la fois de manière individuelle et en groupe. Il manque cependant à l’heure actuelle de directives evidence based pour le traitement des troubles liés au jeu. La reconnaissance du trouble du jeu vidéo par l’OMS va permettre de mieux évaluer les pratiques mises en place. Cette recherche est essentielle pour démontrer l’efficacité de la prévention, de l’intervention précoce et des prises en charge. Les initiatives actuelles de traitement des troubles du jeu doivent donc être encouragées et soutenues, être disponibles dans chaque région du pays, et également évaluées. Le remboursement de l’aide pour un trouble lié au jeu peut être une incitation importante à cet égard.

Outre plusieurs recommandations visant à renforcer la prévention et la prise en charge des troubles liés aux jeux vidéo, le CSS recommande de mettre en place des mesures structurelles pour faire face aux potentielles conséquences négatives des pratiques de l’industrie du jeu. Il recommande également de rester vigilant pour garder une séparation claire entre les jeux et les jeux d’argent en ligne, en étant notamment attentif aux jeux de hasard gratuits. Pour cela, le CSS recommande de créer un organisme indépendant de surveillance et de réglementation.

En savoir plus / télécharger : Avis 9526 – Troubles relatifs aux jeux vidéo

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email