« Le gouvernement belge fait une grosse erreur en considérant que la cigarette électronique est aussi nocive que la cigarette classique » (DH)

Une opinion de Frank Baeyens, professeur de psychologie à la KU Leuven | Depuis plusieurs années déjà, le nombre de fumeurs semble diminuer en Belgique. La politique anti-tabac menée actuellement ne semble pas non plus accélérer la tendance. Or, s’il veut réellement faire chuter le nombre de fumeurs rapidement, le gouvernement belge va devoir oser miser sur une stratégie élargie de la consommation des produits de tabac et de nicotine. Décourager les fumeurs ne suffit pas car les plus invétérés d’entre eux s’en moquent éperdument. Pour les faire changer d’avis, le gouvernement doit oser promouvoir activement des alternatives attrayantes, moins nocives pour la santé, voire même promouvoir la cigarette électronique. Maintenir un cordon sanitaire autour de la consommation de nicotine, quelle qu’en soit la forme, ne fera pas progresser la santé publique. En cette journée anti-tabac, concentrons-nous sur l’objectif principal de la mission, à savoir aider les gens à arrêter de fumer, plutôt que d’en faire une journée anti-tabac.

(…)

Tout le monde sait que fumer nuit à la santé. Tout le monde sait aussi qu’il est très difficile de perdre cette habitude, notamment en raison des effets de dépendance provoqués par la nicotine. Il existe une multitude de méthodes pour arrêter de fumer. Cependant le nouveau principe du « Tobacco Harm Reduction » (THR) est une stratégie souvent fructueuse. Ce principe consiste à encourager les fumeurs à remplacer leur cigarette par des produits de nicotine qui présentent un risque prouvé faible pour la santé, comme la cigarette électronique, les patchs de nicotine ou les substituts nicotiniques. La méthode a pour objectif de réduire significativement et rapidement le risque lié aux effets les plus nocifs du tabagisme (comme le cancer, les maladies cardiovasculaires, les maladies pulmonaires et les dommages psychologiques causés par la stigmatisation ou la discrimination). Le reste a moins d’importance. Le fait que les gens continuent à consommer de la nicotine est certes beaucoup moins préoccupant puisque celle-ci est beaucoup moins nocive en soi.

(…)

Actuellement, la politique menée par la Belgique est relativement opposée au principe du THR. Le législateur belge considère les cigarettes électroniques et autres alternatives moins nocives comme « similaires aux produits du tabac » et les a soumises aux mêmes restrictions strictes, notamment en matière de publicité. Les récents projets de loi vont aussi dans ce sens puisqu’ils veulent l’instauration d’un emballage neutre pour les produits de vapotage ainsi qu’un étiquetage spécifique mettant en garde contre leurs risques potentiels et ils veulent limiter significativement les arômes autorisés, voire interdire complètement tous les arômes pour n’autoriser que le seul goût du tabac.

Lire l’article / source : « Le gouvernement belge fait une grosse erreur en considérant que la cigarette électronique est aussi nocive que la cigarette classique » (DH, 31/05/2020)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email