Coronavirus : les usagers de drogues, population à risque oubliée ? (RTBF)

La pandémie du coronavirus crée une situation d’urgence pour tout le personnel sanitaire en première ligne. Une urgence que le manque de masques, de matériel de protection ou encore de tests de dépistage ne fait qu’exacerber. Alors que le gouvernement a établi une liste des personnes prioritaires pour recevoir du matériel de protection, les associations qui travaillent auprès des usagers de drogues se sentent oubliées, notamment par le niveau fédéral. Ils travaillent auprès d’une population précarisée, souvent sans-abri, sans matériel de protection.

(…)

En somme, les usagers de drogues pourraient être un foyer de contamination possible. Mais les mesures de confinement réduisent drastiquement les marges de manœuvre des associations et donc la possibilité de garder pleinement le lien avec cette population. Ce qui empêche à la fois de leur venir en aide mais également de les identifier et donc les orienter.

(…)

A cela s’ajoute le manque criant de matériel de protection pour le personnel de ces associations, en première ligne, ou plutôt sur une autre ligne, « la ligne 0,5 » comme le dit Bruno Valkeneers (Transit asbl). Pour obtenir du matériel de protection, du gel désinfectant, « c’est le système D », dit-il. « Plus personne n’a rien donc c’est effectivement une grosse galère pour avoir des masques et du gel hydroalcoolique », ajoute Robin Drevet (Modus Vivendi).

(…)

Lire l’article / source : Coronavirus : les usagers de drogues, population à risque oubliée ? (RTBF)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email