La cigarette électronique : nouvelle menace pour la santé publique ? (Eurotox)

logo eurotoxEurotox asbl, Observatoire socio-épidémiologique alcool-drogues en Wallonie et à Bruxelles, publie une analyse dans laquelle il fait le point sur la cigarette électronique. L’observatoire dénonce les amalgames sur la question et le manque de réglementation pour certains produits en Belgique (les e-liquides ne contenant pas de nicotine).

Malgré cette crise sanitaire, le discrédit jeté sur la cigarette électronique nous semble inapproprié, et le débat sur sa dangerosité peu rationnel. La cigarette électronique est en effet un dispositif intéressant sur le plan de la santé publique, dans la mesure où elle permet de réduire les risques liés à l’inhalation des produits du tabac. Il n’est pas inutile de rappeler que le tabac reste une des causes principales de décès dans les pays occidentalisés, qui tue chaque année plus de 8 millions de personnes à travers le monde.

(…)

Actuellement en Belgique, avant toute mise sur le marché, les fabricants d’e-liquide doivent notifier et soumettre au SPF Santé publique la liste des ingrédients des produits destinés à la vente. Mais l’évaluation des risques sanitaires liés aux substances contenues dans les e-liquides revient aux fabricants, importateurs et/ou distributeurs[5]. Et seuls les e-liquides contentant de la nicotine bénéficient d’une liste officielle de substances interdites (additifs cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques). Les produits à base de CBD (cannabidiol) vendus en Belgique ne bénéficient donc pas non plus d’une réglementation claire et spécifique permettant d’apporter des garanties aux usagers sur le plan de la santé publique, puisqu’aucune norme de composition n’est imposée aux fabricants.

Lire l’analyse

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email