Augmentation des cas graves en lien avec l’usage détourné de protoxyde d’azote (« gaz hilarant ») : les autorités sanitaires [françaises] alertent sur les dangers de cette pratique

Paris, 19/11/2019 | Face à l’augmentation récente des cas de troubles neurologiques graves en lien avec un usage détourné du gaz protoxyde d’azote, les autorités sanitaires [françaises], en lien avec la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDECA) et l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), mettent en garde sur les dangers de cette pratique, même occasionnelle.(…)

Les autorités sanitaires alertent sur les dangers de cette pratique qui expose à deux types de risques majeurs :

  • des risques immédiats : asphyxie par manque d’oxygène, perte de connaissance, brûlure par le froid du gaz expulsé de la cartouche, perte du réflexe de toux (risque de fausse route), désorientation, vertiges, risque de chute ;
  • des risques en cas d’utilisation régulière et/ou à forte dose : atteinte de la moelle épinière, carence en vitamine B12, anémie, troubles psychiques.

La consommation associée d’autres produits (alcool, drogues) majore les risques.

L’information des jeunes sur les risques encourus et le repérage précoce de consommations à risque doit s’intégrer dans des interventions portant plus globalement sur la prévention des consommations de produits psychoactifs et des addictions.

(…)

Lire le communiqué de presse / source

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*