Drugs in Brussels 2019 – Documents et enregistrements

La FEDITO BXL asbl, Fédération bruxelloises des institutions pour toxicomanes, a organisé jeudi 21 février 2019 sa journée d’étude annuelle « Drugs in Brussels ». A cette occasion, la FEDITO BXL asbl a invité des hommes et femmes politiques à un dialogue avec la société civile sur le thème de cette édition : réduire les décès, limiter les infections, traiter les maladies infectieuses. Au cœur de cette journée : la question de l’accès à la naloxone (antidote aux overdoses), aux tests de dépistage et aux (nouveaux) traitements : comment utiliser les nouveaux outils et développer de nouvelles pratiques.

Retrouvez maintenant les enregistrements audio, les supports et documents présentés lors de cette journée.

9.00: Mot d’accueil

Sébastien Alexandre, Directeur à la FEDITO BXL

9.10: Overdoses et maladies infectieuses liées aux drogues: situation générale en Europe et en Belgique

Luk Van Baelen, Chercheur à Sciensano

Présentation de Luk van Baelen

9.40: Réduire les décès: développer la disponibilité et l’usage de la naloxone

Anne-Christine Moreau, Pharmacienne, Chef de service CSAPA & CAARUD à Orléans (FR)

Présentation d’Anne-Christine Moreau

Échanges avec la salle

10.00: Limiter les infections: la nécessité de développer l’accès aux tests rapides et l’outreach

Dr Esther Croes, Médecin épidémiologiste au Trimbos-instituut (NL)

Présentation d’Esther Croes

10.20: Focus sur la prison, lieu d’overdoses et d’infections

Dr Fadi Meroueh, Président de Health Without Barriers, addictologue et et hépatologue à la prison de Montpellier

Présentation de Fadi Meroueh

10.40 : Qu’en est-il en Belgique et à Bruxelles ? Quel est l’accès des usagers de drogues à la naloxone, aux Test Rapide d’Orientation Diagnostique (TROD) et aux nouveaux médicaments ? Et quels développements, notamment cliniques, sont-ils encore à soutenir à Bruxelles ?

Dr Lise Meunier, Médecin au Réseau Hépatite C

Présentation de Lise Meunier

Catherine Van Huyck, Directrice à Modus Vivendi

11.00: Pause

11.30: Panel politique: à quoi s’engagent les différents partis politiques pour réduire les morts et les maladies infectieuses liées à l’usage de drogues?

Sébastien Alexandre : Introduction du panel politique

Julien Uyttendaele (PS)

Els Ampe (Open VLD)

Zoé Genot (Ecolo)

Hannelore Goeman (sp.a)

André du Bus (cdH)

12.30: Questions / réponses et débat avec la salle

14.00: La naloxone, en pratique
Quel est le fonctionnement de la naloxone? Comment agit-elle? Quelles sont ses propriétés? Sous quelles formes peut-on la trouver? Comment l’utiliser?

Dr Nicolas Leonardy, Directeur médical à la MASS BXL

Témoignage de Bob de Groof

Catherine Van Huyck, Directrice à Modus Vivendi et échanges avec la salle

15.00: Les tests rapide VIH et hépatites, en pratique
Quel cadre légal? Quel fonctionnement? Comment les utiliser? Sous quelle forme?

Thierry Martin, Directeur à la Plateforme Prévention Sida

Présentation de Thierry Martin

Trésors Kouadio, Responsable du projet Action Test à la Plateforme Prévention Sida

Présentation de Trésors Kouadio

Dr Fadi Meroueh, Président de Health Without Borders, addictologue et et hépatologue à la prison de Montpellier

16.00: Questions / réponses et débats / Clôture de la journée

Sébastien Alexandre

Constats, déclarations et suivi

  • Monitoring
    • Les données épidémiologiques sont pour la Belgique tardives, partielles et non fiables.
    • Il est absolument nécessaire de mieux monitorer les décès et les maladies infectieuses liées à l’usage de drogues (actions 74, 78 et 79 de notre Plan drogues). Sciensano travaille à améliorer le second aspect avec plusieurs partenaires bruxellois (étude « PUSH »).  Mais il faut aller plus loin et supprimer les obstacles qui compliquent le recensement des décès liés à l’usage de drogues (notamment pour les médecins généralistes).
    •  Il est également nécessaire de renforcer le drugs checking/testing des produits en circulation (action 15 de notre Plan drogues). Modus Fiesta est un exemple de bonne pratique en ce domaine, dans le cadre d’une stratégie de promotion de la santé et de réduction des risques : c’est selon nous le moyen le plus efficace de réaliser ces drugs checking/testing . Ce dispositif doit être renforcé par le biais d’autres unités fixes et mobiles.
  • Naloxone
    • Il est absolument nécessaire de rendre la naloxone plus accessible qu’actuellement (action 20 de notre Plan drogues). En spray nasal, gratuitement et sans ordonnance. Comme il a été souligné, la naloxone est un antidote aux overdoses d’opioïdes : c’est un médicament qui sauve des vies et qui a peu de contres indications. Il doit être rendu disponible auprès des consommateurs, mais aussi des leurs proches.
    • La FEDITO BXL et plusieurs partenaires travailleront sur une brochure dans les prochains mois afin de renforcer les informations au sujet de la naloxone et de son usage.
    • Entre-temps, dans l’attente d’une large disponibilité de la naloxone nasale en Belgique, FEDITO BXL et plusieurs partenaires s’emploieront à importer de France du Nalscue auprès de CSAPA (Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie).
  • Maladies infectieuses
    • Il est nécessaire de légaliser l’utilisation non médicale de Test Rapide d’Orientation Diagnostique (TROD) pour les hépatites (VHC et VHB), comme cela a été fait pour le TROD VIH (action 20 de notre Plan drogues). Il y a eu un projet de loi pour lancer un « Plan VHC » mais cela semble au point mort…
    • Les tests de dépistages sur papier buvard pour le VIH, VHC et VHB semblent avoir un certain nombre d’avantages bien qu’ils ne soient pas (encore) utilisés en Belgique…
  • Politique drogues
    • Nous avons besoin d’une meilleure connaissance des infections et des overdoses pour mener des politiques de santé efficace. Nous avons également besoin que les plans soient réellement implémentés et mis en œuvres et ne restent pas au stade de plans ou d’études de faisabilité (actions 94 et 95 de notre Plan Drogues).
    • Plus généralement, il nous faut une vision politique en matière de drogues. Lors de la prochaine législature, nous aurons besoin d’un groupe parlementaire chargé d’élaborer une nouvelle politique en matière de drogues. Cela ne peut plus être tabou, car une politique drogues fondée sur un paradigme dépassé (la politique drogue belge repose sur la Loi du 24 février 1921 – cfr campagne #STOP1921) ne répond plus aux besoins et implique davantage de dangers, de maladies et de décès.
    • La Belgique et les régions fédérales ont besoin d’une stratégie et de plans d’actions : nous avons besoin d’objectifs clairs et mesurables ainsi que de délais et d’entités responsables de la réalisation de ces objectifs. Cela ne ferait que mettre en œuvre ce que l’Agence européenne recommande aux  États membres de l’UE.
    • Dernier point mais non le moindre, la consultation sur la politique en matière de drogue devrait être fortement améliorée:
      • Cette amélioration devrait se faire au niveau de la consultation de la société civile via la Cellule Générale de la Politique Drogues (CGPD). Les plans et stratégies d’action de l’UE en matière de drogue (objectif 9, action 31 du plan d’action de l’UE, souscrite par la Belgique) appellent à cette consultation de la société civile. Le Groupe Pompidou (Conseil de l’Europe) le recommande également. Ils sont tous deux signés par la Belgique et appellent à une consultation structurelle de la société civile, pourtant celle-ci n’est pas mise en œuvre et aucune association n’est  invitée à rejoindre la CGPD, même si les trois coupoles régionales (VAD, FEDITO BXL et FEDITO Wallonne) le demandent depuis octobre 2017 en tant que représentantes de la société civile (définition du groupe Pompidou).
      • Cette amélioration devrait également concerner les régions car la politique en matière de drogue est partagée entre différents niveaux de pouvoir. Particulièrement dans le cadre de la position internationale défendue par la Belgique chaque année au niveau des Nations Unies par le biais de la CND (UN Commission on Narcotic Drugs), il semble qu’il reste de la place pour une meilleure consultation des régions. Ce serait dans le cadre d’un fédéralisme de coopération.

Autres documents et liens

Le buvard : un outil sous-utilisé – Texte publié dans la revue L’Hépatant (juillet 2014)

Document d’importation de la naloxone

EMCDDA – Take home naloxone

Proposition d’un plan d’action suite à l’arrivée d’opioïdes de synthèse en Belgique et plus spécifiquement du fentanyl (« Plan overdoses ») – Modus Vivendi 2017 (màj 2019)

Suites à DIB2019

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email