Une centaine de toxicomanes inscrits à la salle de consommation à Liège (Sudinfo / Belga)

Liège avait ouvert le 5 septembre dernier la première salle de consommation dite à moindre risque de Belgique. À l’approche du premier mois de fonctionnement, le bilan que tire la Ville est satisfaisant puisqu’aucun incident n’est à épingler. Au niveau des riverains, on ne relève pas de plaintes particulières.

À ce jour, 108 consommateurs ont signé le règlement d’ordre intérieur de la salle imposant le respect de certaines dispositions. Il s’agit majoritairement d’usagers vivant en rue. La Ville se réjouit ainsi d’avoir atteint l’un des objectifs fixés, à savoir attirer un public fortement désinséré, et touché un tiers du public visé. En effet, selon les estimations, quelque 300 personnes toxicomanes sont susceptibles de s’y présenter.

(…)

Un autre point positif est constaté au niveau de l’échange de seringues, qui est amplifié par l’ouverture de la salle. En effet, le nombre de seringues récupérées (3.745) est supérieur à celles échangées (3.419).

Ce bilan, certes positif, incite davantage encore Willy Demeyer, bourgmestre de Liège, à affirmer que cette salle n’est que le maillon d’une chaîne. « Il faut rouvrir le dispositif Tadam qui soignait avec succès les usagers ayant accepté de s’inscrire dans le programme de distribution contrôlée d’héroïne. Il faut également accentuer la prévention, par le biais d’une politique sans tabou, ainsi que, avec l’aide de la police fédérale, la lutte contre les trafiquants et les mafias de la drogue qui gangrènent nos quartiers », insiste-t-il.

Lire la suite / source : Une centaine de toxicomanes inscrits à la salle de consommation à Liège (Sudinfo / Belga)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email