Public Health England : mise à jour du rapport sur la vape 2018

En 2015, le rapport sur la vape du Public Health England avait été un évènement majeur, c’est le fameux 95% moins nocif. Le PHE vient de publier une mise à jour 2018.

Voici donc une traduction rapide du communiqué de presse du Public Health England concernant la mise à jour du rapport sur la vape. On y retrouve les points essentiels ainsi que les commentaires et recommandation des principaux auteurs, Pr John Newton, Pr Ann McNeill et Pr Linda Bauld.

Pour accéder à la publication originale : PHE publishes independent expert e-cigarettes evidence review

Le Public Health England publie une expertise indépendante sur les e-cigarettes

Un nouvel examen des connaissance sur la e-cigarette par le Public Health England (PHE), réalisé par d’éminents experts indépendants du tabac. Mise à jour du rapport de 2015.

Le rapport couvre l’utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes et les adultes, les attitudes du public, l’impact sur l’abandon du tabac, une mise à jour sur les risques pour la santé et le rôle de la nicotine. Il passe également en revue les produits du tabac chauffés.

Les principales conclusions de l’examen des preuves de PHE sont les suivantes :

  • Le vapotage ne représente qu’une infime partie des risques de fumer et le fait de passer complètement du tabac à la vape apporte des avantages substantiels pour la santé
  • Les cigarettes électroniques pourraient contribuer à ce que, au moins 20 000 personnes par an puissent réussir à sortir du tabagisme, et possiblement encore beaucoup plus
  • L’utilisation de la cigarette électronique est associée à une amélioration des taux de réussite au cours de la dernière année et à une baisse accélérée des taux de tabagisme à travers le pays
  • Plusieurs milliers de fumeurs croient à tort que vapoter est aussi nocif que fumer ; environ 40% des fumeurs n’ont même pas essayé une cigarette électronique
  • Il y a beaucoup de malentendus au sujet de la nicotine chez le public (moins de 10% des adultes comprennent que la plupart des effets néfastes de la cigarette sur la santé ne sont pas causés par la nicotine)
  • L’utilisation des cigarettes électroniques au Royaume-Uni a plafonné au cours des dernières années à un peu moins de 3 millions de personnes
  • Les données probantes ne corroborent pas le fait que les cigarettes électroniques soient une passerelle vers le tabagisme chez les jeunes (les taux de tabagisme chez les jeunes au R.-U. continuent de baisser, l’utilisation régulière est rare et est presque entièrement confinée à ceux qui ont déjà fumé)
  • L’examen des preuves de Public Health England vient juste quelques semaines après un rapport de l’Académie des sciences aux USA, sur la cigarette électronique. Leurs conclusions révèlent également que, d’après les données disponibles, les cigarettes électroniques sont sans doute beaucoup moins nocives que les cigarettes de tabac combustibles.

Déclaration du Pr John Newton, directeur de l’amélioration de la santé au PHE :

Chaque minute, quelqu’un est admis à l’hôpital à cause du tabagisme, avec environ 79 000 décès par an, rien qu’en Angleterre.

Notre nouvelle analyse renforce la conclusion selon laquelle le vapotage représente une infime partie du risque de fumer, que la vape est au moins 95% moins nocive et constitue un risque négligeable pour les personnes concernées. Pourtant, plus de la moitié des fumeurs croient, à tort, que le vapotage est aussi nocif que le tabac ou ne sont tout simplement pas informés.

Il serait tragique que des milliers de fumeurs qui pourraient cesser de fumer à l’aide d’une cigarette électronique soient découragés à cause de fausses croyances quant à leur santé.

Déclaration de la Pr Ann McNeill, auteur principal et professeur de Tabac Addiction au King’s College de Londres :

Il est très préoccupant que les fumeurs comprennent encore si mal les causes du tabagisme. Quand les gens fument des cigarettes de tabac, ils inhalent un mélange létal de 7 000 constituants de fumée, dont 70 sont connus pour causer le cancer.

Les gens fument pour la nicotine, mais contrairement à ce que la grande majorité croit, la nicotine cause peu ou pas du mal. La fumée toxique est la coupable, c’est la cause principale et essentielle de toutes les maladies liées au tabac et la mort. Aujourd’hui, plus que jamais, il existe une très grande variété de façons alternatives d’obtenir de la nicotine, que ce soient les gommes à la nicotine, le spray nasal, les pastilles et les e-cigarettes.

Déclaration du Pr Linda Bauld, auteur et professeur de politique de santé, Université de Stirling et président de la recherche comportementale pour la prévention du cancer, Cancer Research UK :

Des inquiétudes ont été exprimées sur le fait que l’utilisation de la cigarette électronique pourrait conduire les jeunes à fumer. Mais au Royaume-Uni, la recherche montre clairement que l’utilisation régulière de cigarettes électroniques chez les jeunes n’ayant jamais fumé demeure négligeable, soit moins de 1%, et que le tabagisme chez les jeunes continue de diminuer à un rythme encourageant. Nous devons suivre de près ces tendances, mais jusqu’à présent, les données suggèrent que les cigarettes électroniques n’agissent pas comme une passerelle vers un tabagisme régulier chez les jeunes.

Le Public Health England appelle les fumeurs et un certain nombre d’organismes à agir sur la base des preuves

Les fumeurs

Toute personne qui lutte pour arrêter de fumer devrait essayer de passer à la cigarette électronique et rechercher de l’aide auprès de professionnels. Il y a de plus grandes chances de sortir du tabagisme pour ceux qui combinent l’usage d’une e-cigarette avec le soutien d’un service local d’arrêt du tabac (Local Stop Smoking Services).

Stop Smoking Services et professionnels de la santé

Ceux-ci devraient fournir un soutien comportemental aux fumeurs qui veulent cesser de fumer à l’aide d’une cigarette électronique. Le National Centre for Smoking Cessation propose une nouvelle formation et des cours en ligne sur les cigarettes électroniques, destinés aux professionnels de la santé.

Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA – Medicines and Healthcare products Regulatory Agency)

La MHRA poursuit son travail de réglementation et d’octroi de licences pour les produits de cigarettes électroniques et soutient les fabricants afin d’accélérer l’obtention de ces licences pour les cigarettes électroniques en tant que produits d’aide au sevrage*. Le PHE estime qu’il existe suffisamment de preuves convaincantes pour que les e-cigarettes soient mises à la disposition des patients du NHS.

NHS Trusts (établissements de santé)

Pour devenir vraiment des espaces qui luttent contre le tabagisme, ces centres devraient :

  • s’assurer que les cigarettes électroniques soient disponibles à la vente dans les magasins des hôpitaux à côté des autres solutions de substitution nicotinique,
  • faire la promotion du vapotage pour aider les fumeurs
  • supprimer les abris fumeurs
  • faire en sorte que les personnels en contact direct avec les patients saisissent toutes les occasions pour encourager et aider à cesser de fumer

Le nouveau plan gouvernemental de lutte contre le tabagisme (Tobacco Control Plan for England) comprend un engagement à « maximiser la disponibilité d’alternatives plus sûres au tabagisme ». Il est évident que le vapotage doit jouer un rôle essentiel pour parvenir à une génération sans tabac.

Pour plus d’info et analyse pointue, lisez cet article de Philippe Poirson sur ce nouveau rapport du Public Health England

Source / traduction : Public Health England : mise à jour du rapport sur la vape 2018 (Vap’You)

Communiqué de presse :  PHE publishes independent expert e-cigarettes evidence review (6/2/2018)

Publication du PHE pour le grand public : Key questions and findings from our e-cigarette evidence update (6/2/2018)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email