Des informateurs de la police anversoise sont publiquement menacés de mort

À Anvers, des centaines de flyers avec la mention « Mort aux informateurs », ont été récemment distribués à Anvers et dans des communes périphériques, comme Wilrijk, Borgerhout et Deurne.

Sur les documents déposés dans des boîtes aux lettres ou sous des essuie-glaces, figuraient le nom de neuf personnes qui seraient liées à une grosse affaire de drogues. John Maes, l’avocat d’un des suspects les plus notoires, Frank V., a réagi auprès de la VRT : « Il s’agit d’une sorte d’intimidation de quelqu’un qui dispose d’une liste de noms à laquelle peu de personnes ont accès. C’est inquiétant« .

La police et le parquet confirment mercredi qu’une enquête a été ouverte, mais sans en dire davantage sur ces personnes qui sont accusées d’avoir donné des informations aux autorités dans des dossiers de drogue.

La moitié de la cocaïne en Europe transite par Anvers

Le message survient alors que des rivalités secouent le milieu anversois de la drogue depuis quelques mois. Plusieurs incendies de logements et de véhicules semblent liés à ces tensions, une situation qui entraîne souvent des drames sociaux.

En 2016, les douanes et les services de la police ont saisi 29 tonnes de cocaïne, un record. La moitié de toute la cocaïne qui circule en Europe transite d’ailleurs par le port d’Anvers.

Pour endiguer ce phénomène, le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA), mène une « guerre contre les drogues » depuis le début de son mandat.

Guerre contre les drogues

Tom Meeuws, président du sp.a anversois, et Filip De Winter (Vlaams Belang) n’étaient pas avares en critiques contre la politique du bourgmestre lors d’un débat à l’émission Terzake. Débat auquel Bart De Wever n’a pas voulu participer étant donné que l’enquête sur le dossier concerné était en cours.

La figure de proue socialiste déplore notamment que les actions se concentrent sur les petits dealers et non sur les grands trafiquants : « Le bourgmestre doit réfléchir à l’échec de la guerre contre les drogues. Il s’en prend aux petits poissons tout en oubliant les requins« .

Il propose que tous les partis s’associent pour écouter les experts. Le collège communal va pour sa part présenter un plan d’action (« Stroomplan ») après les vacances de carnaval qui se concentrera sur le trafic de drogues dans le port d’Anvers.

Source : Des informateurs de la police anversoise sont publiquement menacés de mort (RTBF)

Sur le même sujet

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*