Étude de faisabilité de salles de consommation à moindre risque en Belgique (2018)

Les usagers de drogues illicites (UDI) font l’expérience d’un vaste ensemble de dommages liés à cette consommation de drogues. Dans le monde entier, les Etats ont, depuis de nombreuses années, développé diverses options politiques en matière de drogues qui visent à réduire de tels dommages, lesdites politiques de Réduction des risques (Csete et al., 2016; Strang et al., 2012).

Cette composante désigne les politiques, les programmes et les pratiques visant principalement la réduction des conséquences négatives connexes à l’usage de drogues psychoactives, légales ou illégales, sur les plans sanitaire, social et économique, sans pour autant viser la réduction de la consommation elle-même.

La Réduction des Risques est basée sur un modèle de santé publique dont l’objectif premier est d’améliorer l’état de santé et de bien-être des usagers de drogues tout en réduisant les dommages pour la population et la société. Il s’agit donc d’un complément aux approches qui visent la prévention et la réduction de l’usage de drogues en général (EMCDDA, 2010).

Des organisations internationales considèrent les interventions de Réduction des risques comme des good practices. Celles-ci incluent les traitements de substitution aux opiacés, les programmes d’échange et d’accès aux seringues et aux aiguilles, ou les traitements par délivrance d’héroïne contrôlée.

L’une des interventions spécifiques de Réduction des Risques sont les salles de consommation à moindre risque (SMCR), que l’on définit comme des lieux reconnus légalement, offrant un environnement hygiéniquement sûr, où des individus peuvent consommer les drogues qu’ils ont obtenues préalablement, sans jugement moral, et sous la supervision d’un personnel qualifié.

Bien que les SMCR peuvent varient quant à leurs procédures opérationnelles et leurs modèles de fonctionnement, leurs objectifs sont similaires. La finalité générale des SMCR est d’entrer en contact avec les populations d’UDI les plus à risque et de répondre à leurs problèmes, principalement les usagers injecteurs et ceux qui consomment en public. Pour cette population, les SMCR visent à réduire les risques de transmission d’infections, ainsi qu’à diminuer les problèmes de morbidité et de mortalité liés aux overdoses et aux autres dommages associés à l’usage de drogues en milieu non-hygiénique ou peu sûr.

En plus de ces objectifs sanitaires, les SMCR visent également à réduire les nuisances liées à l’usage de drogues dans des lieux publics et de diminuer la présence de seringues et d’aiguilles usagées sur la voie publique, ainsi que d’autres problèmes d’ordre public en relation avec les scènes ouvertes de consommation de drogues. Ainsi, les SMCR visent à diminuer les conséquences négatives de l’usage de drogues illicites, tant au plan individuel que social.

De tels services de Réduction des Risques sont opérationnels depuis 1986. En 2017, l’Europe compte 90 SMCR officielles dans huit pays: au Danemark, en Norvège, en Espagne, en Suisse, et dans les quatre pays voisins de la Belgique: en France, en Allemagne, au Luxembourg et aux Pays-Bas.

Des preuves scientifiques substantielles ont été obtenues au cours des trente dernières années à propos de l’efficacité des SMCR. Malgré des différences opérationnelles, on a montré des effets positifs des SMCR tant pour les UDI que pour la population générale, en particulier lorsqu’elles sont intégrées dans le tissu des autres services d’assistance locale.

En outre, la fréquentation et l’utilisation des SMCR ont été associées à une réduction significative des accidents par overdose et des problèmes liés à l’échange de seringues usagées, des blessures par injection, sans pour autant engendrer une augmentation du nombre d’UDI et sans affecter les taux de rechute. Les SMCR constituent aussi un point d’entrée important vers les services de soins et autres services sociaux pour usagers de drogues.

Sur le plan social, la mise en place de SMCR a permis d’améliorer l’ordre public en réduisant la présence de déchets liés à l’injection sans pour autant avoir augmenté la criminalité associée à l’usage de drogues. Ainsi, les SMCR ont été évaluées comme ayant atteint leurs objectifs de santé et de sécurité publique, et trouvent donc leur place dans l’ensemble des services destinés aux UDI (Kennedy, Karamouzian, & Kerr, 2017; Potier et al., 2014).

Cependant, malgré l’abondance de preuves scientifiques, la mise en place de SMCR reste un sujet très controversé, bien que ce soit à l’agenda politique d’un grand nombre de pays dans le monde (par ex. en Irlande, en Ecosse, ou aux Etats-Unis). Pourtant, à ce jour, il n’existe pas de SMCR en Belgique.

La Cellule Générale de Politique Drogues a publié un document de travail en 2016 à ce sujet (CGPD, 2016). Ce document s’interroge sur la faisabilité et les conditions préalables à remplir pour la mise en place de SMCR en Belgique, avec une attention spécifique aux besoins et aux aspects organisationnels, budgétaires et légaux. Une des sept conclusions finales du document était qu’une étude de faisabilité était nécessaire si l’on voulait mettre en place de telles SMCR. C’est donc dans ce contexte que la Politique Scientifique Fédérale (BELSPO) a commandité, pour la première fois, une recherche évaluant cette faisabilité en Belgique.

Etude de faisabilité des salles de consommation de drogues à moindre risque en Belgique (DRUGROOM) : résumé

Télécharger le rapport final de l’étude « Drugroom » :  Étude de faisabilité de salles de consommation à moindre risque en Belgique (2018)

Fiche du projet de recherche BELSPO

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email