LA PERCEPTION du problème mondial des drogues – Vaincre les préjugés vis-à-vis des personnes qui consomment des drogues.

La Commission globale de politique en matière de drogues publie son nouveau rapport intitulé LA PERCEPTION du problème mondial des drogues – Vaincre les préjugés vis-à-vis des personnes qui consomment des drogues. Ce rapport analyse les représentations des drogues et des personnes qui les consomment, ainsi que leur influence sur les politiques publiques. Celles-ci restent, en effet, marquées par une approche irréaliste, stigmatisante et répressive, au lieu de donner des réponses pragmatiques qui tiennent compte des évidences scientifiques et d’expériences qui ont fait leurs preuves.

A travers ce rapport, la Commission globale s’attaque aux perceptions et aux craintes qui constituent la toile de fond de la prohibition et des politiques répressives contre la drogue. La Commission se penche notamment sur le caractère universel de la consommation de substances psychoactives, bat en brèche le portrait négatif qui est fait des personnes qui consomment des drogues illégales et s’élève contre l’image d’addiction inévitable et de criminalité qui domine dans de nombreux discours politiques, dans les médias et dans le public. Le rapport souligne que le statut légal d’une drogue ne correspond que rarement à ses effets nocifs et montre que l’immense majorité des consommateurs ne commettent aucun autre délit que celui de contrevenir aux lois actuelles en matière de drogues.

Le rapport appelle à ce qu’il soit mis fin à la stigmatisation des personnes qui consomment des drogues, car elle est source de discrimination et favorise l’adoption de lois répressives fondées sur un jugement moral. Ce cercle vicieux, qui se renforce depuis des décennies, doit être brisé. La Commission globale appelle les leaders d’opinion à assumer pleinement leurs responsabilités de modifier la perception des drogues par l’opinion publique, de promouvoir un langage non-discriminant et de garantir le plein respect des droits de tous les citoyens.

La Commission globale appelle aussi les dirigeants à diffuser des informations fiables et cohérentes auprès de leurs citoyens, et de revoir leurs politiques à l’aune des données scientifiques et d’efficacité. Elle invite tous les citoyens à participer au débat, à soutenir les actions militantes et de sensibilisation, et à exiger des comptes aux pouvoirs publics, aux élus, à la police et la justice, aux médias et aux professionnels de la santé et des services sociaux.

Le rapport sera disponible en français dans le courant du mois de février 2018

Source : Global Commission on Drug Policy

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email