La cigarette électronique, solution anti-tabac: pourquoi tant de déni? (Slate.fr)

À la différence de leurs homologues britanniques, les autorités françaises veulent ignorer les avantages majeurs du vapotage dans la lutte contre le tabagisme. C’est une faute sanitaire historique. Comment et pourquoi en est-on arrivé là?

(…)

«Pourquoi la cigarette électronique est-elle sous-employé? La vape a été découverte et utilisée par les consommateurs, sans qu’on leur impose, explique Jacques Le Houezec, scientifique et tabacologue, président de Sovape. Cela a créé une réaction épidermique des autorités et du corps médical qui y a vu un “complot” de l’industrie du tabac, sans chercher à comprendre. La nicotine étant par ailleurs diabolisée, beaucoup de médias ont fait du sensationnel sans chercher à comprendre non plus.»

Pour Jean-Pierre Couteron, président de la Fédération Addiction, le vapotage a été inventé dans une démarche non pas «thérapeutique», mais de réduction des risques de la combustion du tabac, et sans obliger à se séparer de la nicotine. «Venant de l’extérieur du champ des “prescripteurs,’’ il doit trouver un chemin pour devenir “objet de prescription’’.  Petit à petit, des médecins, tabacologues ou non, des acteurs de la réduction des risques ou non, s’y sont mis, observe-t-il. Celles et ceux qui cheminent depuis le début ont eu ce plaisir de voir certains opposants venir à eux. Mais d’autres restent des opposants.»

(…)

Pour le président de la Fédération Addiction, on retrouve là un classique de l’addiction.

«Le malade reste pour beaucoup, y compris des soignants, un ‘’faible’’, puis qu’il s’est fait piéger par le produit et n’a pas su s’en sortir, par manque de volonté, toujours et encore. On lui préfèrera le ‘’repenti’’ qui assume la faute et témoigne de sa faiblesse pour inviter les autres à ne pas tomber dans le même piège –le héros, qui lui, au prix d’efforts multiples, a su remonter la pente et s’en sortir, à la dure.»

(…)

«La vape est aussi torpillée par les médias, fervents relais des scoops explosifs qui éloignent à chaque fois un peu plus la population désinformée du moyen le plus efficace pour arrêter de fumer», ajoute pour sa part Patrick Favrel, spécialiste référent en «réduction des risques». Des médias qui alimentent et drainent des chapelets de représentations morales et médico-sociales ne pouvant susciter que doutes, hésitations et inquiétudes auprès des fumeurs et de leur entourage. C’est l’aubaine pour les «demain j’arrête», un soupir de soulagement dans l’enfumage de l’excuse.

(…)

Lire la suite : La cigarette électronique, solution anti-tabac: pourquoi tant de déni? (Slate.fr)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email