Sept recours contre la loi santé mentale de Maggie De Block (Le Soir)

Cinq associations professionnelles s’insurgent contre les récentes modifications de la loi «santé mentale» par la ministre De Block.

Tout avait commencé par quinze années de palabres entre politiques, experts et professionnels du « psy », qu’ils soient psychologues cliniciens, psychothérapeutes ou psychanalystes. Des professionnels eux-mêmes divisés en multiples courants et chapelles. Quinze années donc pour aboutir, en 2014 à la loi Muyle-Onkelinx officialisant la reconnaissance des psychologues et donnant un cadre légal à la psychothérapie. Objectif avoué : séparer le bon grain de l’ivraie, empêcher – grâce au contrôle des pairs reconnus – les charlatans de tous bords d’exercer dans ce secteur. C’était en 2014… Deux ans plus tard, fin juillet 2016, Maggie De Block a détricoté une bonne partie du texte de manière à restreindre le champ d’action des psychothérapeutes. Pour faire bref, elle réserve la psychothérapie aux médecins, aux psychologues cliniciens et à certaines professions de santé moyennent une formation complémentaire. De plus, elle laisse peu d’avenir aux psychothérapeutes existants qui n’entrent pas dans les nouveaux critères.

Lire la suite : Sept recours contre la loi santé mentale de Maggie De Block (Le Soir)

Sur le même sujet : Tir de barrage contre la nouvelle loi qui encadre la psychothérapie (La Libre)

 

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email