Les tests salivaires pour la drogue au volant multipliés par deux (RTBF)

Depuis l’introduction du test salivaire en octobre 2010 pour contrôler l’usage de la drogue, 15 000 échantillons ont été analysés, rapportent La Dernière Heure, De Morgen et Het Laatste Nieuws jeudi.

Lorsque la police soupçonne un conducteur d’être sous l’emprise de drogues, un test salivaire rapide suffit pour donner une première indication. Si le test est positif, un échantillon de sang est transmis à un laboratoire afin d’obtenir une décision définitive.

Plus de 40% des échantillons de sang analysés cette année présentaient des traces de cocaïne et/ou d’amphétamines. Le cannabis reste la drogue la plus courante dans la circulation, avec 54 % des tests positifs à cette substance.

Source : Les tests salivaires pour la drogue au volant multipliés par deux (RTBF)

Notre commentaire :

D’après nos informations, les tests salivaires utilisés par la police sont des Drugwipe5+.

Ce test permet la détection immunologique des opiacés, du cannabis, de la cocaïne et des amphétamines. Ce test satisfait aux valeurs seuils de positivité de screening salivaire fixée par la loi, à savoir :

Screening salivaire Taux (ng/ml)
THC 25
Amphétamine, MDMA 50
Morphine, 6 MAM 10
Cocaïne, benzoylecgonine 20

La salive a été choisie comme fluide biologique de dépistage car la fenêtre de détection des stupéfiants est moins longue que dans l’urine, qui était utilisée dans l’ancienne législation. A titre d’exemple, avec une valeur seuil de positivité de screening salivaire de 25 ng/ml pour le THC, une personne qui fume un joint aura un test salivaire négatif 6 heures après la consommation.

Les personnes sous traitement de substitution à la méthadone, dont le médecin a autorisé la conduite, ne devraient pas rencontrer de problème de positivité du test salivaire, de par la structure chimique de la méthadone. Mais (au cas où), ayez toujours sur vous l’ordonnance de votre médecin.

Dans tous les cas, la consommations de produits psychoactifs, qu’il s’agisse d’alcool, de médicaments ou de drogues illégales sont à proscrire au volant.

Si vous êtes consommateur, ne prenez pas de risques et renseignez-vous.

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email