Une délégation de parlementaires bruxellois visite la salle de consommation à moindre risque de Paris

Mardi 18 octobre, la FEDITO BXL a accompagné une délégation de parlementaires bruxellois à Paris pour découvrir la salle de consommation à moindre risque et les automates d’échange de seringues.

Le voyage parlementaire a été organisé par Transit asbl et a permis aux députés bruxellois (Ecolo, cdH, DéFI, MR, PS) et à leur collaborateurs, ainsi qu’à des représentants du secteur associatif (Transit, Modus, DUNE, FEDITO BXL) de visiter les lieux. La délégation a été reçue par les associations SAFE et Gaïa Paris, ainsi que par la Mairie de Paris (10e), qui nous a fait part de son expérience.

Photos : FEDITO BXL asbl, sous licence Creative Commons

Le reportage reportage qui suit est extrait du site web de la Ville de Paris

La première salle de consommation à moindre risque de France a ouvert ses portes le 17 octobre dans le 10e arrondissement. Reportage.

C’est une porte discrète, rue Ambroise Paré (10e). Cet ensemble de 400 m², ouvert 7 jours sur 7, est la première salle de consommation à moindre risque (SCMR) de France. Installée dans l’enceinte de l’hôpital Lariboisière, elle y dispose d’une entrée séparée.

Gérée par l’association Gaïa-Paris, elle garantira aux usagers de drogue l’accès à un espace de consommation sécurisé, ainsi qu’à un accompagnement médical et social spécialisé. Infirmiers, éducateurs, médecins, assistants sociaux… Les lieux bénéficient d’une équipe dédiée de professionnels.

Une seule consommation par passage

«Les personnes qui viennent pour la première fois passent un entretien pour faire le point sur leurs consommations et leur situation médicale, et tous doivent signer un contrat d’utilisation des lieux», explique Elisabeth Avril, directrice de Gaïa-Paris. Chacun donne ensuite son prénom et sa date de naissance, et montre les produits qu’il souhaite consommer. «Puis, on leur donne un ticket avec un numéro de passage, poursuit Elisabeth Avril. Une seule consommation est autorisée à chaque passage».

Direction l’espace de consommation : aucune drogue n’est fournie par l’Espace Gaïa, et les usagers doivent obligatoirement se servir du matériel stérile (seringues, compresses…) et à usage unique disponible sur place (aucun matériel extérieur n’est autorisé). Douze boxes sont installés dans une grande salle tout en longueur: c’est là que les usagers de drogues peuvent réaliser leurs injections. Un second espace, visible derrière une porte vitrée, est réservé à l’inhalation.

«La salle devrait être très utilisée par les utilisateurs du skenan, un dérivé morphinique», précise Eric, éducateur à Gaïa-Paris. 60% des usagers du quartier sont d’ailleurs polyconsommateurs, et pratiquent à la fois l’injection et l’inhalation.

La SCMR dispose également d’une salle de repos et d’un «labo fabrik», où sont fabriqués des objets issus de la récupération par des consommateurs de drogue en insertion.

Pourquoi une salle près de la gare du Nord?

Le quartier de la gare du Nord est la «scène de consommation» – selon les mots de Gaïa-Paris – la plus importante de la capitale. 2.800 usagers de drogues y sont suivis chaque année. Depuis 1995, des distributeurs de seringues y ont été installés: un dispositif renforcé par des maraudes et l’implantation d’un bus pour accompagner les usagers de drogues et réduire les risques.

L’ouverture de l’Espace Gaïa-Paris permet à la fois «de prendre soin des usagers de drogues et du quartier, en diminuant les consommations sur l’espace public», estime Bernard Jomier, adjoint à la maire de Paris chargé de la santé et du handicap. Environ 150.000 seringues sont ainsi collectées chaque année dans le quartier, un chiffre qui devrait nettement diminuer après l’ouverture du nouveau centre.

Permise par la loi du 26 janvier 2016 relative à la modernisation de notre système de santé, l’ouverture de la première salle de consommation à moindre risque fait de la France le 10e pays à expérimenter ce dispositif. L’Espagne, l’Allemagne, la Suisse, le Luxembourg, le Danemark ou encore les Pays-Bas ont déjà ouvert de telles salles.

Source : Paris.fr

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email

1 Trackback / Pingback

  1. Une délégation de parlementaires ...

Les commentaires sont fermés.