Collège royal des médecins britanniques : Publication d’un rapport encourageant les fumeurs à passer à la vape

Nicotine20without20smoke-1_0Un nouveau rapport publié aujourd’hui par le Collège royal des médecins britanniques, intitulé « La nicotine sans la fumée: la réduction des méfaits du tabac », conclut que la cigarette électronique est susceptible d’être bénéfique pour la santé publique au Royaume-Uni. Les fumeurs peuvent donc être rassurés et encouragés à l’utiliser, et le public peut être rassuré que l’e-cigarette est beaucoup plus sûre que le tabagisme.

Le tabagisme est une dépendance mortelle. La moitié des fumeurs meurent tôt, perdant une moyenne d’environ 3 mois d’espérance de vie pour chaque année de tabagisme après l’âge de 35 ans, environ 10 ans de vie au total. Bien que la prévalence du tabagisme au Royaume-Uni soit tombée à 18%, 8,7 millions de personnes fument encore. La réduction des risques et des méfaits fournit une stratégie supplémentaire pour protéger ce groupe de fumeurs de l’invalidité et d’un décès prématuré.

Depuis que l’e-cigarette est disponible au Royaume-Uni, en 2007, son utilisation a été entourée de controverse médicale et publique. Ce nouveau rapport de 200 pages examine la science, la politique publique, la réglementation et l’éthique entourant l’e-cigarette et d’autres sources de nicotine sans tabac, et aborde ces controverses et ces malentendus avec des conclusions fondées sur les dernières données disponibles :

  • L’e-cigarette n’est pas une passerelle vers le tabagisme : au Royaume-Uni, l’utilisation de l’e-cigarette est limitée presque entièrement à ceux qui utilisent déjà, ou ont utilisé, le tabac
  • L’e-cigarette ne provoque pas la normalisation du tabagisme : il n’y a aucune preuve que la thérapie nicotinique de substitution (TNS) ou l’utilisation de l’e-cigarette ait donné lieu à une renormalisation du tabagisme. Aucun de ces produits n’a à ce jour attiré de façon significative les adultes n’ayant jamais fumé, ou n’a démontré de signes de progression vers le tabagisme chez les jeunes
  • L’e-cigarette et l’arrêt du tabac : chez les fumeurs, l’utilisation de l’e-cigarette est susceptible de mener à une tentative d’arrêt du tabac qui ne se serait pas autrement produite, et chez certains d’entre eux à un succès de l’arrêt. De cette façon, la cigarette électronique peut agir comme porte de sortie du tabagisme
  • L’e-cigarette et les dommages à long terme : la possibilité d’un préjudice d’utilisation à long terme de l’e-cigarette ne peut pas être écarté en raison de l’inhalation des ingrédients autres que la nicotine, mais est sans doute très faible, et nettement inférieur à celui résultant du tabagisme. Avec des normes de produits appropriées pour réduire au minimum l’exposition aux autres ingrédients, il devrait être possible de réduire encore les risques pour la santé. Bien qu’il ne soit pas possible d’estimer précisément les risques à long terme pour la santé associés à l’e-cigarette, les données disponibles suggèrent qu’ils ne devraient pas dépasser 5% de ceux qui sont associés au tabac fumé, et pourraient être sensiblement inférieurs à ce chiffre.

Le rapport reconnaît la nécessité d’une réglementation proportionnée, mais suggère que la réglementation ne devrait pas être autorisée à freiner de manière significative le développement et l’utilisation des produits de réduction des risques par les fumeurs. Une stratégie réglementaire devrait adopter une approche équilibrée en cherchant à assurer la sécurité des produits, permettre et encourager les fumeurs à utiliser le produit au lieu du tabac, et de détecter et de prévenir les effets qui s’opposeraient aux objectifs généraux de la politique de lutte contre le tabagisme.

Traduction du communiqué de presse : Jacques Le Houezec, tabacologue.

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email