Les hyperliens de la FEDITO BXL

Édito mars 2015 – « Secteur spécifique mais articulé », disons-nous souvent pour présenter notre secteur toxicomanie. Cette articulation est déjà forte sur le terrain. Elle l’est aussi au niveau de la Fedito Bxl, en miroir : la Fedito Bxl se met en liens avec de nombreux partenaires, pour soutenir et aider au développement des actions du secteur spécialisé. Mais concrètement, où, comment et avec qui  déploie-t-elle ses articulations ? Tour d’horizon des hyperliens de la FEDITO BXL…

Sans doute faut-il commencer par les apéroréseaux : on n’a jamais trouvé mieux pour décloisonner de façon conviviale et décontractée…

Sans doute faut-il mentionner les concertations, cénacles réunissant des acteurs du secteur et au-delà. On pense aux Concertations Prévention, Réduction des Risques, Bas Seuil et Prisons, ainsi qu’à la Concertation Soins qui sera initiée ce 17 mars.

Sans doute est-il utile de penser au CBCS, à nul autre pareil pour l’articulation du social / santé bruxellois et grâce auquel s’organisent l’InterFédération Ambulatoire et la Plateforme Associative de Suivi du Transfert de Compétences. CBCS, IFA et PLASTIC : trois endroits concrets où la Fedito Bxl participe à la défense, à la consolidation et aux réflexions sur le modèle social / santé bruxellois en devenir.

Sans doute faut-il ne pas omettre les projets 107 Bruxelles-Est et Hermès +, la Fedito Bxl représentant le secteur toxicomanie au sein des comités de réseaux, opportunités pour soutenir le raffermissement de liens entre les acteurs de notre secteur et de celui de la santé mentale.

La Fedito Bxl soutient également des projets décloisonnants très concrets comme le Housing First ou le projet Feder : le premier permet l’accès direct de la rue au logement privatif pour les personnes sans-abri ayant des problématiques de santé mentale et/ou d’assuétudes, et pour lesquelles un accompagnement plurisectoriel est nécessaire. Le second a l’ambitieux objectif de faciliter l’accès aux soins aux plus précarisés et de réinventer les pratiques bruxelloises du social / santé, en les décloisonnant et en les rassemblant en pôles.

A un niveau interrégional, la Fedito Bxl retrouve la Fedito Wallonne et le VAD flamand, au sein de l’asbl iDA. De larges pans de la santé ont été régionalisés, mais le fédéral reste un niveau de pouvoir important, notamment au niveau législatif : c’est à partir d’iDA que les trois fédérations régionales ont pu questionner l’actuelle directive cannabis, en novembre dernier.

Dans la même veine, la Fedito Bxl participe activement aux comités d’accompagnements des recherches menées dans le cadre de la Politique Scientifique Fédérale, même si le futur incertain du Belspo l’a amenée à se rapprocher aussi du Brussels Studies Institute. Dans les deux cas, l’enjeu est de questionner et d’éclairer les consommations de drogues et les réponses développées.

Au niveau international, le Colloque TDO 4 a forcément été l’occasion de raffermir les liens avec nos collègues français, suisses et québécois, ainsi qu’avec le Groupe Pompidou et le Réseau MedNet, voire avec  l’Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies.

Plus structurellement, la Fedito Bxl est membre du Réseau Correlation oeuvrant à l’inclusion sociale, à la santé et à la qualité de vie des groupes vulnérables et marginaux, et a  présenté sa candidature au Civil Society Forum on Drugs faisant le lien entre la société civile et la Commission Européenne.

Plus internationalement encore, les adhésions de la Fedito Bxl à l’International Drug Policy Consortium (IDPC) et à l’International Society for the Study of Drug Policy (ISSDP) donneront au secteur qu’elle représente, l’occasion de s’inscrire davantage dans les réflexions liées à l’UNGASS 2016 et aux politiques drogues, et de renforcer le développement de celle en devenir, à Bruxelles…

C’est loin du terrain, pourriez-vous penser ? Ce ne l’est pas tellement, en vérité, puisque c’est de là qu’il est possible d’influer sur les politiques drogues et les politiques sociales et de santé, en Europe, en Belgique et à Bruxelles. Tous ces développements, toutes ces articulations, toutes ces représentations n’ont en effet de sens que s’ils bénéficient aux acteurs du terrain bruxellois réunis au sein de la Fedito Bxl, et aux publics auxquels ils s’adressent. C’est forcément en accord avec ses membres que la Fedito Bxl les représente dans tel et tel cénacle. Mais c’est surtout en réponse à leurs besoins et à leurs défis, présents et anticipés, que la Fedito Bxl crée les articulations et effectue les représentations nécessaires.

Pour un secteur spécifique mais hyper-articulé ; au public souvent précaire et criminalisé ; aux problématiques mal mesurées et trop idéologisées ; aux pratiques pertinentes et souvent innovantes ; aux stratégies à développer et à structuraliser ; à la reconnaissance encore à consolider, surtout à l’heure des transferts de compétences.

Sébastien ALEXANDRE

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email

Sur le même sujet