Alcool et réduction des risques : l’industrie de l’alcool joue-t-elle vraiment le jeu ? (Addict’Aide)

Sorry, this entry is only available in French.

Les industriels de l’alcool doivent-ils être des acteurs de santé publique? Après tout, les impliquer pourrait les responsabiliser, et ils investiraient leurs immenses bénéfices pour la santé des consommateurs… C’est en tout cas ce qu’ils mettent en avant auprès des pouvoirs publics. Pas si simple, comme l’illustre cette étude parue dans le prestigieux British Medical Journal (BMJ).

Les campagnes de prévention issues des industriels sont en effet souvent très accrocheuses et ambiguës. Tout en appelant à la modération, de nombreux messages implicites ou explicites peuvent aussi pousser à la consommation. Résultat : ces campagnes sont nettement moins efficaces que celles menées de manière indépendante par les agences de santé publique.

Plus anecdotique, vous verrez qu’il est possible de consommer de l’alcool… sans en boire ! De nouvelles pratiques d’alcoolisation émergent depuis 10 à 20 ans, d’allures modernes et innovantes, elles se diffusent parmi les adolescents et jeunes adultes.

Notre newsletter d’octobre ne se limite pas à l’alcool. Vous trouverez également d’autres billets intéressants, notamment une évaluation du suivi de la prise en charge des addictions par téléconsultation, comparé au suivi face-à-face classique ; sujet d’une grande actualité.

Benjamin Rolland

Source : Extrait de l’édito de la Newsletter #35 d’Addict’Aide (22 octobre 2020)

Pour aller plus loin :

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email