Le Consensus de Rome pour une politique humanitaire sur la drogue

Sorry, this entry is only available in French.

Suite au lancement officiel du Consensus de Rome 2.0 à la Commission des stupéfiants de l’ONU (CND) à Vienne, la déclaration humanitaire a été signée par plus de 200 représentants d’ONG et militants du monde entier, dont la FEDITO BXL asbl, qui partagent l’objectif d’alléger les souffrances humaines des personnes qui consomment des drogues et ceux aux prises avec des problèmes liés aux drogues.

À travers le Consensus de Rome 2.0 nous, les signataires, invitons les gouvernements nationaux et les organismes internationaux et régionaux à:

Dans leur réponse à la consommation de drogues dans leurs sociétés respectives

  • réfléchir à l’objectif principal des politiques et stratégies antidrogue visant à maximiser la santé et le bien-être de l’humanité;
  • définir, en particulier, les objectifs de la politique en matière de drogue en termes d’amélioration de la santé, d’augmentation de la sécurité, de réalisation du développement et de protection des droits de l’homme;
  • supprimer tous les obstacles juridiques et sociaux qui entravent la prévention et l’accès aux services de santé mentale pour les consommateurs de drogues.
  • éliminer toutes les barrières légales, réglementaires, politiques et sociales qui entravent la prévention et l’accès aux services de santé mentale pour les personnes utilisant des drogues ainsi que l’accès aux médicaments essentiels contrôlés pour soulager la douleur et d’autres besoins médicaux dans le monde.
  • accepter que les citoyens ne devraient pas être stigmatisés, marginalisés ou punis, simplement pour la possession ou la consommation de drogues contrôlées et accepter que les personnes qui font usage de drogues n’ont pas forcément besoin d’une intervention ou d’un traitement;
  • mettre en œuvre des mesures alternatives à la détention (deflection and diversion) en faveur des personnes arrêtées pour des délits mineurs et non violents liés à la drogue, vers des services de prévention et de santé mentale appropriés, si nécessaire;
  • fournir aux jeunes et aux personnes à risque des informations complètes, fondées sur des preuves et des faits concernant les propriétés et les risques de la consommation de drogues, sans idéologies ni désinformation;
  • veiller à ce que la réponse politique nationale à la consommation de drogues ne viole pas les droits de l’homme, y compris ceux liés à la santé, à la protection contre la torture ou les traitements dégradants, et à garantir des procès équitables et les droits de l’enfant;
  • investir davantage dans la prévention efficace, la réduction des risques, les services de traitement et de récupération, et mettre fin à la criminalisation des consommateurs de drogues, afin d’obtenir de meilleurs résultats sociaux, économiques et fiscaux.

LSupport don't punishe #WorldDrugDay du 26 juin (officiellement la Journée internationale des Nations Unies contre l’abus des drogues et le trafic illicite) approche à grands pas. C’est aussi la Journée mondiale d’action pour la campagne Soutenez ne punissez pas.

Nous appelons donc tous les partisans d’une autre politique drogues à exhorter les gouvernements et les agences internationales à respecter les principes du Consensus de Rome 2.0 dans l’élaboration de leurs politiques.

Télécharger le texte de la déclaration (version française)

Visiter le site et soutenir la déclaration

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email