Drogues en festival : mieux vaut prévenir que mourir (Moustique)

Sorry, this entry is only available in French.

La réduction des risques est largement négligée en Belgique. Elle a pourtant prouvé son utilité, mais le pays ne semble pas prêt à investir dans des mesures de prévention.

Des saisies de drogues à la pelle, des dealers arrêtés, des festivaliers en bad trip… La période des festivals est particulièrement propice à ce genre d’actu. Pourtant, des questions se posent chaque année sur la manière de gérer la situation. La ligne semble parfois brouillée entre les pouvoirs publics, les organisateurs, les associations de terrain et les consommateurs. Particulièrement à Tomorrowland, dont nous avons essayé de joindre les responsables, mais nos mails et appels sont restés sans réponse.

Il y a pourtant des choses à dire sur le festival de Boom, commune devenue deux week-ends durant le temple de dealers jouant au chat et à la souris avec des organisateurs et des autorités régis par la tolérance zéro. “Ils se vantent de leurs moyens de répression? Ah bon. Moi je n’ai pas vu grand-chose, sourit Benjamin, qui foulait la plaine pour la troisième fois cette année. On a été contrôlés à l’entrée chaque jour et on est chaque fois passés avec des bazars. Et côté prévention, rien du tout. Pas une alerte sur ce qui circule, pas un stand d’info.”

Pourtant, l’association VAD (pour Vlaams expertisecentrum alcohol en andere drugs) a plusieurs fois proposé son aide à Tomorrowland. “On a eu des contacts avec les organisateurs. À un moment, ils nous ont dit: “c’est bon, on n’a pas besoin de vous pour la prévention, on va faire ça nous-mêmes”. C’est leur choix. Ils mettent des messages dissuasifs et communiquent beaucoup sur la répression, mais on peut se demander s’il ne faudrait pas mener des actions sur le terrain. Ils ne nient pas la réalité, et martèlent dans la presse que “Tomorrowland est comme une ville. Et que s’il y a de la drogue dans les villes, il y en a forcément à TML”.”

(…)

Lire l’article en intégralité / source : Drogues en festival : mieux vaut prévenir que mourir (Moustique)

Twitter Facebook Google+ LinkedIn Pinterest Scoop.it Email

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*