EXPO du 18/02 au 6/03/2011 : "Nomades"

Sorry, this entry is only available in French.

logo_duneQu’ils soient usagers de drogues, sans domicile fixe, précarisés, l’équipe de Dune les a rencontrés au hasard des rues de Bruxelles ou dans ses locaux. Rencontre avec ces “nomades” urbains, en voyage dans leur tête comme dans la ville. 

Dates vernissage le 17 février (18h30-21h)
visite
de l’expo du 18 février au 6 mars (13h30 à 16h en semaine et de 14h à 18h le week-end)
Lieu
: Maison des Cultures de Saint-Gilles – 120 rue de Belgrade 1060 Bruxelles.

L’exposition “Nomades” est organisée par Dune asbl

Article sur le site de La Libre Belgique : Des portraits de toxicomanes

“J’ai commencé ce travail un peu par hasard. Étudiante en journalisme, à la recherche d’un bon sujet de mémoire en photographie, je voulais un sujet à la fois « social » et « sexy ». La « drogue » me paraissait remplir ces conditions (…) J’ai observé, appris, ressenti. Et déchanté. (…) Et enfin compris « de l’intérieur » ce que voulait dire ce terme de réduction des risques. Compris un peu moins mal ce que représente la prise de produits au quotidien. Compris profondément le travail des éducateurs de DUNE, accepté mes limites en tant que photographe, plus encore en tant qu’être humain. Compris aussi que je pouvais tenter de faire comprendre aux gens autour de moi le chemin que j’avais parcouru. La réduction des risques n’est pas de la non-assistance à personne en danger. Ni de l’incitation à la prise de drogues. C’est jusqu’à présent le meilleur moyen qu’on ait trouvé pour aider ceux qui ne veulent ou ne peuvent arrêter. Pour leur rendre une dignité que la société leur refuse trop souvent sous prétexte qu’ils contreviennent à la morale. Pour rétablir un rapport d’humain à humain, sans jugements.
Au total, j’ai passé près d’un an à Dune, ai observé 3 mois, ai photographié 8 mois. Sans la prétention de faire évoluer les mentalités, toutes les mentalités. Avec juste le rêve probablement un peu fou que la compréhension grandisse, pour qu’il n’y ait plus « les drogués » ou les « sans abris » dans l’esprit des gens mais des parcours de vie différents.”

Amandine Colin, photographe

 

 

Twitter Facebook LinkedIn Pinterest Email